Toute l'actu en bref

La majorité de la population est consciente que la musique à volume élevé nuit à l'ouïe (image symbolique/archives).

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

Les amateurs de concerts ne se protègent pas assez les oreilles: d'après une étude, seules deux personnes sur cinq le font. Il ressort que les facteurs extérieurs, comme la dynamique de groupe, peuvent jouer un rôle important.

La majorité de la population est consciente, ou du moins semble l'être, que la musique à volume élevé nuit à l'ouïe, écrit l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) lundi dans son dernier bulletin.

Pourtant, peu d'entre elle se protège lorsqu'elle se rend dans un bar, une discothèque ou assiste à un concert, bien que des bouchons d'oreilles soient mis à sa disposition, regrette l'OFSP. L'office a donc mandaté la Haute école spécialisée Kalaidos et la Haute école des sciences appliquées de Zurich pour effectuer cette étude.

En tout, 430 spectateurs se rendant à cinq concerts de genres différents (musique classique, pop, rock et heavy metal) à Zurich et à Lucerne ont été interrogés. Sur les 409 personnes ayant répondu à un questionnaire sur place, 39% ont utilisé des bouchons d'oreilles.

Le comportement varie fortement en fonction du genre de musique. Au concert classique, seuls 4% se sont protégées contre 61% au concert pop/rock.

Dynamique de groupe

Les résultats montrent que les facteurs comme l'environnement social vont influencer le comportement d'une personne. La dynamique de groupe par exemple: plus les gens autour sont nombreux à se protéger, plus elle le fera.

Autre facteur cité par l'étude: la conscience du danger. Plus les personnes interrogées considèrent que le risque de lésion est plausible, aussi bien pour elles-mêmes que de manière générale, plus elles se protègent.

Au vu de ces résultats, l'OFSP axera ses futures campagnes sur ces deux aspects, à savoir l'influence de la norme sociale et la prise de conscience du risque individuel - la conscience du risque d'endommager son ouïe.

ATS

 Toute l'actu en bref