Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Près de 90% des grandes villes chinoises n'ont pas réussi à respecter les normes de qualité de l'air en 2014. Ce chiffre est toutefois en amélioration par rapport à 2013, année d'entrée en vigueur de la "guerre à la pollution", a annoncé lundi le ministère de la protection environnementale.

Seules huit des 74 villes suivies par le ministère ont réussi à se mettre en conformité avec les normes nationales concernant une série de mesures de la pollution, telles que PM2,5, qui mesure les particules dans l'air, le monoxyde de carbone et l'ozone.

En 2013, seules trois villes, Haikou, dans la province du Hainan, Lhassa, capitale du Tibet, et les îles constituant Zhoushan, respectaient les normes. Elles ont été rejointes l'an dernier par Shenzhen, Huizhou et Zhuhai dans la province du Guangdong, Fuzhou, dans le Fujian voisin, et Kunming dans le Sud-Ouest.

Sur les dix communes les plus mauvais élèves, sept se situent dans la province du Hebei, spécialisée dans l'industrie lourde, qui entoure Pékin.

La mesure moyenne du PM2,5 dans la région Pékin-Hebei-Tianjin était de 93 microgrammes par mètre cube l'an dernier. La norme admise par l'Etat est de 35 microgrammes. La moyenne nationale ne devrait pas descendre à ce niveau avant 2030, estime le gouvernement chinois.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS