Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

SGS a mis en oeuvre la structure souhaitée par le directeur général Frankie Ng. Outre des réductions d'effectifs, le numéro un mondial de l'inspection et de la certification a supprimé une unité opérationnelle et lancé un segment "Agriculture, alimentation et vie".

Le marché "exige ce type d'approche", affirme M. Ng dans un entretien publié lundi par le quotidien Le Temps. Un patron qui annonce vouloir doubler la part de l'industrie du transport dans le portefeuille du groupe. Le champ d'activités a déjà été élargi du secteur automobile au rail et à l'aéronautique.

Parmi les autres innovations, une cellule commerce électronique vient renforcer le secteur biens de consommation. Qui devrait lui rivaliser avec les divisions services pétroliers, chimiques, gaziers et industriels. Avec l'impact du prix des matières premières, l'objectif est de ramener ce domaine et celui de l'industrie de 50 à 40% des activités du groupe basé à Genève.

La digitalisation des activités va être accélérée. Le groupe teste également l'utilisation de drones pour l'inspection de sites industriels.

Après la restructuration entamée en début d'année, qui a réduit le dispositif de 1700 postes, SGS veut diminuer son parc immobilier de 2000 bureaux. M. Ng évoque un potentiel d'économies d'une "vingtaine de millions de francs".

Le directeur général répète les prévisions de croissance organique pour 2016 annoncées fin octobre, de 2,5% à 3,5%. Treize acquisitions ont déjà été menées cette année. Le groupe veut poursuivre son extension en Chine et aux Etats-Unis. Il souhaite par ailleurs offrir 68 francs par action en 2015, comme l'année dernière.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS