Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré des sacrifices financiers et des licenciements depuis 2012, Sharp reste très déficitaire (archives).

KEYSTONE/EPA/KIMIMASA MAYAMA

(sda-ats)

L'action de l'électronicien Sharp, en train de devenir une filiale du taïwanais Hon Hai/Foxconn, prenait près de 7% vendredi à la Bourse de Tokyo. La suppression de 7000 emplois est envisagée dans le monde, selon la presse.

Le titre s'affichait à 139 yens (+6,92%) à la mi-journée, sur un marché en tendance négative."Nous avons appris jeudi que Hon Hai étudiait une réduction des effectifs de Sharp au Japon et à l'étranger portant sur 7000 des 43'000 employés au niveau mondial (...), ce d'ici à mars 2017", a écrit le quotidien Mainichi.

Le journal n'a pas cité de source. Mais ses affirmations pourraient s'être appuyées sur un document rendu public par erreur par Sharp jeudi, puis rétracté, où figurait ce total, selon l'agence Bloomberg. Cette dernière a, en outre, précisé que le patron de Hon Hai, Terry Gou, avait adressé une lettre à Sharp pour préciser qu'une réduction de la main-d'oeuvre était une nécessité, sans donner de nombre.

Seraient notamment touchés des sites de Sharp en Chine. Plus de 10'000 personnes y sont salariées, précise le journal Mainichi.

Panneaux solaires en difficulté

Hon Hai, qui semble estimer qu'une restructuration est indispensable pour relever Sharp d'une situation financière périlleuse, serait particulièrement enclin à vouloir réduire les coûts dans l'activité mal en point des cellules et panneaux solaires, ainsi que dans les fonctions administratives du siège situé à Osaka dans l'ouest du pays.

Malgré des sacrifices depuis 2012 (au moins 6000 emplois supprimés, réduction d'activités, particulièrement en Europe), Sharp reste très déficitaire.

Le groupe a annoncé jeudi une nouvelle perte nette de 256 milliards de yens (2,21 milliards de francs) en 2015/16, à cause entre autres de méventes dans un environnement concurrentiel délicat. Il avait déjà perdu presque autant un an plus tôt.

Le spécialiste des écrans à cristaux liquides (LCD), dont Hon Hai/Foxconn va devenir le premier actionnaire (66%) par le biais d'une augmentation de capital, n'a pas donné de prévisions pour l'année en cours débutée le 1er avril. Il a fait valoir la difficulté de calculer les synergies pouvant découler de l'absorption par Hon Hai.

ATS