Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a fait état jeudi d'une baisse de 8% de son bénéfice net en 2014 du fait de la chute des cours du pétrole. Ce constat le pousse à réduire ses investissements de 15 milliards de dollars (13,7 milliards de francs) en trois ans.

Le groupe anglo-néerlandais a dégagé l'an passé un bénéfice net de 15,052 milliards de dollars, ce qui est toutefois supérieur d'un milliard de dollars à ce qu'attendaient les analystes (d'après une estimation médiane collectée par FactSet).

Son bénéfice net a chuté de 57% lors du seul quatrième trimestre, au cours duquel ses "revenus ont été affectés par le déclin significatif des prix du pétrole", a-t-il expliqué dans un communiqué, sans fournir de montant précis à ce sujet.

Les profits annuels de Shell intégrant les coûts d'approvisionnements (CCS), un indicateur scruté par le marché, ont néanmoins augmenté de 16%, à 22,5 milliards de dollars, et de 12% lors du seul dernier trimestre 2014.

Shell a élevé de 2 cents le dividende par action versé aux actionnaires au quatrième trimestre, à 47 pence par action, et pense pouvoir distribuer le même au premier trimestre 2015.

Chute du cours du pétrole

Le groupe reste confronté néanmoins aux difficultés liées au plongeon des cours du pétrole, qui ont dévissé d'environ 60% depuis juin 2014 et évoluent sous les 50 dollars le baril. Il a expliqué en conséquence devoir accélérer les mesures de réduction de coûts déjà engagées.

"L'entreprise reporte des dépenses dans de nombreux domaines (...) se retire de quelques positions ciblées et réduit ses coûts tout le long de la chaîne d'approvisionnement. Cela devrait entraîner une réduction des investissements potentiels de plus de 15 milliards de dollars pour la période 2015-2017", a expliqué le groupe dans un communiqué.

Mi-janvier, Shell avait annoncé avec son partenaire Qatar Petroleum qu'ils renonçaient à l'important projet pétrochimique Al-Karaana au Qatar, d'une valeur de 6,4 milliards de dollars, qui avait fait l'objet d'un accord préliminaire en 2011 et dans lequel le groupe anglo-néerlandais devait posséder 20%.

Flux de trésorerie en baisse

"Nous avons fixé dès le début 2014 un objectif clair d'équilibrer notre croissance et nos retours sur investissements, ce qui nous place bien face au retournement du marché du pétrole. Cependant, les prix plus bas du pétrole et l'impact de nos désinvestissements en 2014 vont sans doute réduire notre flux de trésorerie cette année", a expliqué le directeur général du groupe, Ben van Beurden.

Mercredi, Shell a toutefois signé un accord de principe pour la construction d'une grande usine dans le sud de l'Irak, dont le montant pourrait atteindre 11 milliards de dollars.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS