Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le rachat du producteur britannique d'hydrocarbures BG Group par Royal Dutch Shell devrait se traduire par environ 2800 suppressions de postes dans le futur groupe fusionné. Soit 3% des effectifs totaux, a indiqué lundi Shell.

Le groupe anglo-néerlandais a détaillé ses projets de restructuration juste après avoir obtenu de la Chine le dernier feu vert réglementaire pour la fusion, qui doit être finalisée en début d'année prochaine après l'approbation des actionnaires.

Cela s'ajoute aux 7500 suppressions d'emplois déjà annoncées parmi les employés de Shell et ses sous-traitants directs pour faire face à la baisse des cours du pétrole.

Shell explique que ces mesures supplémentaires seront nécessaires pour atteindre l'objectif de 3,5 milliards (3,44 milliards de francs) de dollars de synergies avant impôt espérées du rapprochement des deux entreprises.

Concrètement, l'activité de BG Group devrait être absorbée par Shell. La consolidation des bureaux sera mise en oeuvre là où ce sera jugé pratique "à travers le monde", explique le géant pétrolier, qui est basé à La Haye et à Londres.

Shell précise encore vouloir se pencher l'an prochain sur une "rationalisation" de l'implantation de ses bureaux aux Royaume-Uni.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS