Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vienne - La 18e Conférence internationale sur le sida s'est achevée à Vienne sur un bilan en demi-teinte. Si l'optimisme est là côté prévention et avec l'émergence de nouvelles idées, les déceptions côté droits de l'Homme et la forte inquiétude sur les financements sont bien réelles.
L'annonce de la mise au point d'un gel vaginal préventif incluant un antirétroviral a soulevé l'enthousiasme des quelque 20'000 participants à la Conférence. "Enfin les femmes vont pouvoir tenir leur sort entre leurs mains!", ont applaudi les congressistes. Il faut encore que le succès se confirme, mais peu de chercheurs en doutent.
En revanche, on est loin encore de l'accès universel aux traitements auquel s'étaient engagés pour 2010 les pays de l'ONU, avec seulement 5,2 millions de personnes sous médication pour 10 millions, voire 15 millions selon les nouvelles normes internationales, qui en auraient besoin.
Par ailleurs, Vienne avait été choisie pour cette conférence pour sa proximité avec une partie du monde où la pandémie progresse et où les droits des séropositifs ne sont pas respectés. Mais aucun dirigeant d'Europe de l'Est n'est venu. Trois députés de la Douma ont fait le déplacement, "ils ont beaucoup écouté", selon le directeur de l'Onusida Michel Sidibé. Mais sans s'engager à rien.
Côté financements, les inquiétudes ont pesé sur la Conférence. Inlassablement le directeur du Fonds mondial contre le sida, Michel Kazatchkine, a rappelé les besoins des pays pauvres, de 13 à 21 millions de dollars pour 2011-2013. Mais la crise ne favorise pas la générosité.
Tout le monde a admis que donner plus tôt le traitement, qui réduit très fortement la quantité de virus, serait le meilleur moyen de bloquer la transmission. "Traitement et prévention, les deux ne sont plus séparables", a lancé la Prix Nobel Françoise Barré-Sinoussi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS