Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Emmenée par un Eden Hazard en feu, la Belgique a pris date à Toulouse. Victorieux 4-0 de la Hongrie en 8e de finale, les "Diables Rouges" ont bien le profil d'un finaliste de cet Euro 2016.

La Belgique a forcé la décision très tôt dans cette rencontre par Alderweireld. Le défenseur central de Tottenham a surgi au second poteau sur un coup franc botté par De Bruyne pour battre Kiraly de la tête. Impuissant sur cette action de la 10e minute, le portier magyar a ensuite multiplié les exploits pour permettre aux siens de rester dans le match jusqu'au 2-0 signé par le futur-ex Marseillais Batshuayi (78e) qui a bénéficié d'une véritable offrande de la part de Hazard. Une minute plus tard, Hazard parachevait son oeuvre avec un but sur un nouvel exploit personnel. Dans le temps additionnel, Ferreira-Carrasco, sur une ouverture de Nainggolan, scellait le score.

Les seuls réflexes du doyen de l'Euro ne sont pas l'unique raison du manque de réalisme des "Diables Rouges". A l'image de Lukaku et de De Bruyne, les Belges ont, en effet, beaucoup "gâché" lors de ce huitième de finale. Vendredi à Lille, ils devront témoigner d'un plus grand sang-froid devant la cage pour éviter toute mauvaise surprise devant le Pays de Galles. Sinon, Gareth Bale se fera un plaisir de les punir.

Les jambes de Hazard et l'abattage de Nainggolan ont permis aux Belges d'avoir la mainmise sur cette rencontre. La sélection de Marc Wilmots, meilleure équipe européenne au classement FIFA, monte en puissance dans cet Euro après la douche froide du premier match contre l'Italie. Dans une partie de tableau dans laquelle ne figure aucun Champion du monde ou Champion d'Europe, les Belges ne peuvent pas laisser passer cette chance unique...

La Hongrie quitte cet Euro avec les honneurs malgré cette défaite sans appel, la plus lourde concédée dans ce tournoi. Elle ne possède pas seulement un grand gardien. C'est une équipe qui a du coeur, comme elle l'a démontré à Toulouse. Parfois dépassée par la vitesse de jeu des Belges, elle n'a jamais baissé les bras. Elle a su, surtout, porter le danger devant la cage de Courtois. Le gardien belge a dû, ainsi témoigner d'une extrême vigilance pour que la Belgique puisse conserver son avantage. Adversaire de la Suisse lors du tour préliminaire de la Coupe du monde 2018, la Hongrie ne sera pas aussi facile à croquer que l'on aurait pu le penser.

ATS