Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les créanciers de la Grèce n'excluent plus de lui donner plus de temps pour mettre en place ses réformes comme elle le souhaitait, au moment où l'Espagne tente de convaincre ses partenaires de ne pas lui imposer de nouvelles conditions en échange d'un plan de sauvetage.

Plusieurs responsables ont profité de la réunion des ministres des finances de la zone euro vendredi à Chypre pour donner à Athènes des raisons d'espérer.

Parmi eux, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde. "Il y a plusieurs voies pour procéder à des ajustements, le temps peut être considéré comme une option envisageable", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse faisant suite à la réunion de la zone euro.

Budget ambitieux

Plusieurs ministres avaient ouvert la porte à cette éventualité un peu plus tôt. "La Grèce a présenté un budget ambitieux. Nous allons lui donner le temps dont elle a besoin, mais probablement pas plus d'argent", avait ainsi affirmé l'Autrichienne Maria Fekter.

Le premier ministre grec Antonis Samaras avait lancé une offensive de charme cet été pour obtenir un peu de souplesse dans les échéances d'assainissement de ses finances. Jusqu'ici, certains pays dont l'Allemagne craignaient qu'accorder un délai à Athènes signifie délier une nouvelle fois les cordons de la Bourse.

Aucune décision ferme n'a été prise ce vendredi. Le chef de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a exclu toute décision politique sur la Grèce avant mi-octobre, renvoyant implicitement au sommet européen des 18-19 octobre.

Espagne

Sur l'Espagne - autre sujet de préoccupation pour la zone euro - M. Juncker a indiqué que le pays allait annoncer un nouveau train de réformes d'ici la fin du mois pour atteindre ses objectifs budgétaires, au moment où des rumeurs ont refait surface concernant des négociations sur un plan de sauvetage.

"Il n'y a pas de négociations en cours. C'est à l'Espagne de faire une demande. La condition posée" à l'intervention de la BCE "est connue", a affirmé une porte-parole de la BCE. Mme Lagarde a également démenti l'existence d'"intenses négociations" avec la BCE sur une aide pour Madrid.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS