Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nouvel épisode dans la prise de contrôle par le français Saint-Gobain du fabricant zougois de spécialités chimiques Sika. La holding Schenker-Winkler (SWH), qui détient 16,1% du capital de Sika mais 52% des droits de vote, passe par la justice pour pouvoir convoquer une assemblée générale extraordinaire.

Les héritiers de la famille Burkard-Schenker, via leur holding SWH, ont déposé une requête auprès du Tribunal cantonal de Zoug afin qu'il ordonne la convocation d'une assemblée générale extraordinaire, selon un communiqué diffusé lundi.

SWH, qui est en désaccord avec la direction générale et une partie du conseil d'administration, a dû agir de cette façon, suite au refus du conseil d'administration de Sika, lors de sa séance du 11 décembre 2014, de traiter sa demande préalable de convocation d'une assemblée générale extraordinaire en janvier 2015. La holding constate de plus qu'aucune convocation n'a été envoyée jusqu'à présent.

Selon SWH, comme elle détient plus de 10% du capital-actions, elle a le droit de convoquer une assemblée générale extraordinaire pour régler en particulier le non-renouvellement des mandats de trois membres du conseil d'administration en place, Paul Hälg, Monika Ribar et Daniel Sauter, ainsi que l'élection de Max Roesle, prévu pour devenir président une fois finalisé le rachat par Saint-Gobain.

SWH estime par ailleurs qu'il est dans l'intérêt de Sika et de ses actionnaires de conclure rapidement l'accord avec Saint-Gobain.

Menace de démission

Début décembre 2014, Saint-Gobain a annoncé le rachat des 16,1% du capital-actions détenus par la famille fondatrice Burkard-Schenker, représentant plus de 52% des droits de vote, pour 2,75 milliards de francs. L'opération a suscité le mécontentement de la direction générale et d'une partie du conseil d'administration. L'organe exécutif menace depuis de démissionner.

Le rachat de Sika par Saint-Gobain a remis en lumière le problème causé par les clauses d'opting-out. Celles-ci permettent à un actionnaire minoritaire de disposer d'une majorité du capital-actions, le dispensant de présenter une offre publique d'achat (OPA) aux détenteurs des autres titres.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS