Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'assassin présumé de Nahed Hattar est un Jordanien de 49 ans qui a été arrêté sur les lieux après avoir tiré trois balles sur l'écrivain (archives).

KEYSTONE/EPA/JAMAL NASRALLAH

(sda-ats)

La justice jordanienne a imposé lundi aux médias un black-out sur l'enquête judiciaire concernant l'assassinat de l'écrivain Nahed Hattar. L'auteur a été tué la veille devant un tribunal où il était jugé pour une caricature considérée comme offensante envers l'islam.

L'interdiction de publier toute information sur cette affaire vise à préserver le "secret de l'enquête" et concerne aussi bien les médias classiques que les sites internet ou les réseaux sociaux, a précisé le ministère de l'Information, relayant une décision de la Cour de sûreté de l'Etat. L'assassin présumé de Nahed Hattar est un Jordanien de 49 ans qui a été arrêté sur les lieux après avoir tiré trois balles sur l'écrivain.

Il a été inculpé de meurtre avec préméditation, acte terroriste ayant entraîné mort d'homme et possession illégale d'arme à feu, des charges passibles de la peine capitale. La justice l'a placé 15 jours en garde à vue.

Le chroniqueur jordanien Nahed Hattar, 56 ans, avait été arrêté le 13 août après avoir partagé sur son compte Facebook une caricature. Le dessin montrait un djihadiste barbu sur un lit, au paradis, entouré de deux femmes et s'adressant à Dieu comme à un simple serviteur.

Opposant de gauche également connu pour son soutien au régime syrien de Bachar al-Assad, l'écrivain avait été libéré sous caution début septembre. Le procureur général avait imposé la censure sur cette affaire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS