Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le Conseil fédéral veut mettre en oeuvre l'initiative de l'UDC "pour le renvoi des étrangers criminels" sans enfreindre le droit international ni la constitution si possible. Un groupe de travail comprenant les initiants sera nommé avant Noël, a annoncé Simonetta Sommaruga.
Pour sa première votation en tant que conseillère fédérale, Simonetta Sommaruga a encaissé une défaite. Minoritaire dans son parti, la socialiste avait prôné le soutien au contre-projet. "Je respecte la volonté du peuple et vais exécuter le mandat qui m'a été confié", a déclaré la ministre de justice et police.
Pour ce faire, la conseillère fédérale veut associer étroitement le comité d'initiative à la rédaction du message qui sera soumis au Parlement. Mais les initiants devront tenir leur parole de mise en oeuvre mesurée et d'exclure de l'expulsion systématique les cas bénins, a averti Mme Sommaruga.
Selon Mme Sommaruga, le résultat du scrutin est l'expression d'inquiétudes et de peurs qu'il faut prendre au sérieux.
La conseillère fédérale s'est refusée à désigner des coupables. Elle a juste répété son grand étonnement devant le manque d'engagement d'economiesuisse dans la campagne, le texte de l'UDC pouvant être délicat en raison de l'accord de libre circulation avec l'Union européenne.
Souveraineté cantonale
Du même avis sur la question, la nouvelle ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf n'en affichait pas moins le sourire. Pour la Grisonne, le refus de l'initiative du parti socialiste pour des impôts équitables est un "oui à notre système fédéraliste fiscal".
La Suisse devra répondre aux questions de l'Union européenne après l'acceptation dimanche de l'initiative de l'UDC pour le renvoi des étrangers criminels. Selon la manière dont il sera appliqué, ce texte contreviendrait à l'accord sur la libre circulation des personnes, affirme-t-on à Bruxelles.
Le résultat de la votation de dimanche remet en question des accords bilatéraux et internationaux. Pour les représentants de l'UE interrogés par l'ATS à Bruxelles, "trop de démocratie peut conduire la population suisse à se garder les meilleurs morceaux".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS