Toute l'actu en bref

Président du comité de candidature de "Sion 2026", Jean-Philippe Rochat s'est montré ravi du soutien unanime du monde sportif, bien au-delà des sports d'hiver, au projet qu'il porte.

Cet appui massif va faciliter la tâche de son équipe au moment de convaincre le Parlement fédéral et la population, en cas de référendum.

"Il faut qu'il y ait débat", a estimé l'avocat vaudois, qui ne craint nullement les éventuels scrutins populaires, pas plus que les débats aux Chambres. Il ne doutait guère de l'issue du vote du Parlement du sport mardi mais redoutait un "soutien modéré". "J'ai été très positivement impressionné par les Suisses alémaniques", a-t-il relevé. "Cela démontre que notre projet dépasse les limites cantonales."

Cette cohésion du monde sportif était indispensable pour aborder sereinement les éventuels scrutins populaires, en fonction du financement qui sera décidé. a ajouté M. Rochat. Concernant ces éventuelles consultations, "il espère que tout puisse être bouclé d'ici la fin 2018."

Le président du comité de candidature s'est dit aussi conscient du fait que les délais sont serrés. Ils le sont notamment en raison des particularités du système démocratique helvétique, qu'il salue néanmoins. "Je ne crains pas le débat. Nous avons de bons arguments, notamment grâce aux infrastructures existantes et à l'aide extérieure" (du CIO), a-t-il précisé.

M. Rochat s'est dit par ailleurs persuadé que le projet peut dynamiser l'ensemble du sport suisse, pas seulement les disciplines hivernales. "Il est à même d'encourager la pratique générale du sport", dit-il, saluant au passage l'appui unanime des fédérations. "Nous n'allons pas assécher le marché", a-t-il encore promis, en référence aux mobilisations de sponsors que cet événement susciterait forcément.

ATS

 Toute l'actu en bref