Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les établissements de prévoyance privés comme ceux de droit public réagissent à l'augmentation constante de l'espérance de vie et aux difficiles marchés des capitaux, revoyant à la baisse la rémunération technique de l'avoir de vieillesse (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les performances des caisses de pension ont diminué en 2015 suite à l'abandon du cours plancher de l'euro et l'introduction des taux négatifs. Le déséquilibre entre actifs et retraités s’accentue, avec en sus des réductions de prestations.

La politique monétaire menée par la Banque nationale suisse (BNS) a fait passer la performance moyenne des instituts de prévoyance de 7,31% en 2014 à 1,13% l'an dernier, relève Swisscanto dans son étude "Les caisses de pension suisses 2016" publiée mardi. Ils ont ainsi manqué le rendement moyen visé de 3,9% et les prescriptions minimales de 1,75%.

L'environnement de taux bas voire négatifs a entraîné une hausse des placements risqués. "La quête de rendements appropriés s'accompagne d'un revirement vers des catégories d'actifs plus complexes et recelant davantage de risques", analyse Iwan Deplazes, responsable en gestion d'actifs à la Banque cantonale de Zurich.

Dans le même temps, les taux de couverture des caisses de pension ont diminué. Celui des caisses de pension privées est passé de 113,6% en 2014 à 110,4% fin 2015 pour se retrouver au niveau de 2013 (110,3%). L'évolution est analogue dans les caisses de pension publiques, avec un taux de couverture de 92%, contre 97,9% en 2014.

Malgré ce contexte défavorable, "la plupart des caisses de pension disposent encore d'environ 10% de réserves pour réagir aux fluctuations à court et moyen terme", analyse le directeur de Swisscanto Othmar Simeon. Cela explique la stabilité actuelle de la situation de financement des caisses de pension suisses, précise-t-il.

Variations des placements

Cette évolution n'est "pas inquiétante", selon Iwan Deplazes: "La part des caisses présentant une couverture de 110% et plus s'élève actuellement à 61% et est donc aussi élevée que dans les années record 2005-2007."

Mais l'impossibilité de réaliser des rendements suffisants avec les obligations suisses, qui persistent en dessous de zéro depuis désormais plus d'un an, va perdurer dans la zone euro, et a amené les instituts de prévoyance à revoir à la baisse le poids des obligations suisses dans leurs portefeuilles, relèvent les experts.

Les investissements dans l'immobilier ont à l'inverse augmenté à 21,9% (20,4% en 2014), tandis que les placements alternatifs représentent en 2015 6,1% d'un portefeuille moyen, contre 5,4% l'année précédente. Les liquidités ont été sensiblement réduites (5,6% après 7%), probablement suite aux taux d'intérêt négatifs décrétés par la BNS.

Cotisations en baisse

En raison de ces marchés de capitaux difficiles, l'avoir de vieillesse des cotisants actifs est rémunéré à un taux inférieur à 2014, à 2,03 % en moyenne contre 2,55% il y a un an. Les caisses de droit privé rémunèrent les avoirs de vieillesse avec un taux moyen de 2,06%, celles de droit public avec une moyenne de 1,79%.

En comparaison, la rémunération des capitaux de prévoyance des bénéficiaires de rentes s'inscrit à 2,80% (3,16% en 2014). La différence de rémunération entraîne un déséquilibre des cotisants actifs en faveur des retraités actuels. Cette situation a tendance à réduire le taux de couverture et pousse les caisses à revoir les prestations à la baisse pour les assurés actifs, pointe l'étude.

Corollaire: le taux de conversion, en baisse depuis 2002, continue sur cette pente. Il affiche une valeur moyenne de 6,13% pour les hommes partant à la retraite à 65 ans (6,06% pour les femmes à 64 ans), contre encore 7,13% en 2002. La hausse de l'âge de la retraite permettrait aussi de garantir le financement.

Quelque 90% des caisses de pension ont fixé l'âge de retraite des hommes à 65 ans. Pour les femmes, il s'agit déjà d'une réalité dans 32% des caisses de pension, la tendance allant "clairement" dans cette direction, note l'étude.

Participation record

L'étude "Les caisses de pension suisses 2016" a été réalisée sur la base des réponses de 467 institutions de prévoyance. Les résultats représentent environ un quart des caisses de pension privées et quelque 75% des caisses de droit public, avec deux tiers des destinataires.

Les caisses ayant participé affichent des avoirs de prévoyance à hauteur de 581 milliards de francs. Elles représentent 3,4 millions d'assurés, 2,6 millions d'actifs et 800'000 bénéficiaires de rentes.

ATS