Toute l'actu en bref

Le ticket commun réunissant la Vert'libérale Isabelle Chevalley et l'UDC Jacques Nicolet est confirmé à l'issue du dépôt des listes mardi. Les deux candidats de la droite tenteront de reprendre la majorité à la gauche lors du 2e tour de l'élection au Conseil d'Etat vaudois le 21 mai (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Six candidats sont lice pour le 2e tour de l'élection au Conseil d'Etat vaudois le 21 mai. Le ticket "suprise" de la droite, réunissant la Vert'libérale Isabelle Chevalley et l'UDC Jacques Nicolet, affrontera le duo Cesla Amarelle (PS) et Béatrice Métraux (Verts).

Ces candidatures ont été confirmées par l'Etat à l'issue du dépôt officiel des listes mardi. Au total, sept listes avec six candidats ont été déposées pour repourvoir deux sièges. Restent également dans la course la PDC Sylvie Villa (Alliance du Centre) qui avait obtenu 7,2 % des suffrages au premier tour et l'indépendant Toto Morand (8,5%).

Dimanche dernier, cinq sortants ont déjà été réélus: les socialistes Pierre-Yves Maillard et Nuria Gorrite ainsi que les PLR Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba. Et la bataille pour les deux fauteuils restants s'avère plus serrée que prévu.

Alliance de combat

Alors que l'UDC Jacques Nicolet devait repartir seul au combat, les congrès du PLR, de l'UDC et des Verts'libéraux ont décidé de lancer lundi soir un ticket commun Isabelle Chevalley et Jacques Nicolet. Cette stratégie offensive, qui relance une campagne plutôt ronronnante lors du premier tour, vise à reprendre la majorité au Conseil d'Etat.

Pour ce faire, passant par-dessus leurs réticences, les trois partis ont accepté une alliance pourtant sèchement refusée par l'UDC en décembre. "L'UDC a décidé d'aller chercher au centre les 7000 voix manquantes pour passer l'épaule", a déclaré Jacques Nicolet pour convaincre ses pairs. "La solution ne doit pas être plaisante, mais efficace. On veut une stratégie gagnante", a souligné le conseiller national.

Sa colistière Isabelle Chevalley a de son côté relevé que son parti "s'alliait "avec l'UDC vaudoise, pas avec Roger Köppel". Et, selon Frédéric Borloz, président du PLR, c'est la seule chance de récupérer le siège et la majorité au gouvernement.

Discipline de vote

Le ticket féminin Cesla Amarelle et Béatrice Métraux portera comme au premier tour les couleurs de la gauche le 21 mai. Bénéficiant d'une forte discipline de vote, les roses-verts ont bon espoir de conserver la majorité au gouvernement.

Au premier tour, Cesla Amarelle a réalisé un score de 43%, passant devant Jacques Nicolet (40%) tandis que la sortante Verte n'a manqué que de peu son élection avec 48% des voix.

Electoralisme

L'annonce du ticket PLR-UDC-Vert'libéral a provoqué des réactions plutôt vives sur la gauche de l'échiquier qui a fustigé une stratégie purement électoraliste. "La droite revendique cinq sièges sur sept. Quelle goinfrerie", a tweeté le conseiller national socialiste Roger Nordmann.

"Quand deux partis que tout divise ou presque font front commun pour espérer grappiller des voix, ça s'appelle de l'opportunisme", a commenté, également sur Twitter, le président des Verts Albert Mocchi.

Autres candidats

Quant aux autres candidats du premier tour, la gauche de la gauche a renoncé à se maintenir, tout comme le second candidat de l'Alliance du centre Serge Melly (Vaud Libre). Le Vert'libéral François Pointet (8,4% des suffrages) a lui cédé sa place à Isabelle Chevalley en raison de sa visibilité et de son expérience.

ATS

 Toute l'actu en bref