Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

SIX Group supprimera moins d'emplois que prévu dans le cadre de sa restructuration, soit 115 au lieu de 150, dont 65 par licenciement en Suisse. Avec un bénéfice net en hausse d'un quart en 2011, le groupe veut continuer à croître, malgré un environnement difficile.

L'objectif demeure de diminuer de 30 millions de francs la base de coûts, a répété Urs Rüegsegger, directeur général du groupe qui comprend la Bourse suisse. Les 65 personnes à licencier en Suisse bénéficieront d'un plan social.

Pour rappel, aux 115 emplois qui passeront à la trappe s'ajoutent les mesures divulguées en novembre et en janvier, qui portaient sur respectivement la perte de 60 postes dans le trafic des paiements et l'externalisation de 70 postes dans l'information financière.

Impact du franc fort

L'an dernier, SIX Group a certes accru son bénéfice net de 25,9% par rapport à 2010, pour le porter à 218,6 millions de francs, grâce à des effets exceptionnels. Mais la situation s'est dégradée à partir du quatrième trimestre, a rappelé Urs Rüegsegger. Et les conditions du marché vont rester difficiles cette année encore.

Le contexte est notamment marqué par un secteur bancaire qui continue à évoluer dans une logique de réductions des coûts. Le chiffre d'affaires du groupe zurichois a augmenté de 3% en 2011 pour se fixer à 1,26 milliard de francs. Une croissance qui a profité de la progression du produit des participations.

Bonne année boursière

A l'instar d'autres secteurs de l'économie suisse, SIX Group a souffert du franc fort. Exprimé en monnaies locales, le chiffre d'affaires affiche une hausse de 7%. Du coup, la part des activités internationales est tombée à 25,5%, contre 30% en 2010, pour des recettes de 321,1 (364,8) millions de francs.

L'apport de la Bourse suisse à l'ensemble n'excède pas un cinquième, même si le chiffre d'affaires de l'activité a progressé de 5,4% en 2011 pour s'élever à 244,6 millions de francs. La plateforme a réalisé la deuxième meilleure marge opérationnelle de son histoire, après le record établi en 2007.

ATS