Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une nouvelle journée d'angoisse pour certains usagers du rail en France (archives)

KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON

(sda-ats)

La SNCF annonce un trafic ferroviaire "très perturbé" pour lundi. Lors de cette journée déclarée "sans cheminots" par les syndicats, seulement un TGV sur trois circulera. Sur les lignes internationales, deux trains sur cinq seront assurés.

Le mouvement de grève par intermittence entamé le 2 avril entre dans son 18e jour. Ce 9e épisode de grève doit s'achever mardi à 08h00.

"La journée sera très difficile pour nos clients et les cheminots qui vont travailler. Nous attendons un sursaut de mobilisation", a communiqué dimanche la direction de la SNCF. Elle dit avoir "connaissance de menaces d’exactions et blocages de gares. Cela pourrait se traduire par l’occupation de voies, de locaux, de gares."

Si de telles exactions devaient se confirmer, la SNCF "fera preuve d'une grande fermeté", a-t-elle menacé dans son communiqué.

En Ile-de-France, le trafic sera "très perturbé" sur toutes les lignes de RER avec parfois moins d'un train sur trois. Pour le trafic national, un seul train Bordeaux-Marseille circulera par exemple au lieu de six. A l'international, deux trains sur cinq seront assurés, sauf pour les Eurostar et Thalys (trafic quasi normal).

Référendum lancé

A partir de lundi et pour une semaine, les salariés de l'entreprise publique - 147'000 au total - sont invités par les syndicats (CGT, Unsa, CFDT, Sud-Rail) à se prononcer par référendum pour ou contre la réforme ferroviaire. Baptisée "vot'action", cette consultation s'ouvrira lundi à 10h00 et prendra fin le 21 mai prochain, soit quelques jours seulement avant l'examen de la réforme au Sénat.

Selon le syndicat CGT, ce référendum, que la direction de la SNCF et le gouvernement jugent sans légitimité, permettra de montrer que les cheminots sont majoritairement opposés à la réforme de la SNCF, alors que la direction met en avant un recul du nombre de grévistes.

Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, a mis en cause dimanche la "technostructure SNCF déconnectée des usagers et de leurs agents", évoquant de fortes perturbations dans sa région.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS