Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

André Borschberg a terminé vendredi matin à Dübendorf (ZH) la simulation de vol de 72 heures dans une réplique du cockpit de l'avion solaire Solar Impulse. Pendant cette période, le pilote a dormi 32 fois 20 minutes, soit un peu plus de 10 heures.

"Cette simulation a démontré que notre concept de voler plusieurs jours d'affilée seul à bord est opérationnel", a expliqué vendredi André Borschberg, co-fondateur du projet. Les techniques de relaxation et de sommeil ont fonctionné "au-delà" de ses attentes.

Le pilote a testé deux stratégies de repos: des techniques de relaxation utilisées pour les vols "courts" de 24 à 36 heures au-dessus des zones habitées où il est exclu de dormir et des micro-siestes de 15 à 20 minutes autorisées au-dessus des océans.

Nourriture, toilettes et thromboses

Cette simulation a aussi permis de tester l'ergonomie du cockpit, la nutrition, les toilettes, les exercices pour lutter contre les thromboses, la vigilance et l'aptitude à piloter en déficit de sommeil. "Nous avons beaucoup appris", selon André Borschberg.

Pour Bertrand Piccard, initiateur du projet et pilote, cette simulation se résume par "steady state": "les paramètres physiologiques ont atteint un degré d'équilibre qui leur permet de continuer à fonctionner de la même façon sur une longue durée".

Ce printemps, Solar Impulse effectuera des vols réels dans la région de la Méditerranée. Le programme prévoit des vols plus longs en durée et en distance avec pour la première fois des relais entre les deux pilotes. Le vol autour du monde est prévu pour 2014.

ATS