Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'avion solaire Solar Impulse a décollé vendredi matin à 8h33 (heure suisse) de Ouarzazate pour gagner la capitale marocaine Rabat, d'où il était parti il y a une semaine. Le pilote André Borschberg était aux commandes de l'appareil.

L'avion propulsé à l'énergie solaire devrait atterrir vendredi à l'aéroport de Rabat-Salé aux alentours de 23h00, selon un communiqué. Le prototype devait emprunter un itinéraire différent qu'à l'aller. Il devait survoler l'Atlas en direction de Marrakech, avant d'obliquer vers Rabat.

A 11h00 il survolait Marrakech à quelque 3500 mètres d'altitude et à une vitesse de 65 km/h. L'avion solaire devrait gagner la capitale dans l'après-midi déjà en raison de vents favorables, mais ne pourra pas se poser avant ce soir. Les conditions météorologiques ne seront propices qu'après le coucher de soleil.

Pensée pour Bertrand Piccard

Devant la beauté du paysage qui s'offrait à lui en survolant le massif de l'Atlas, le pilote a eu une "petite pensée" pour son collègue Bertrand Piccard, cofondateur du projet. "Je sais qu'il aurait aimé voir ce spectacle", a-t-il déclaré sur le site Internet de Solar Impulse.

Bertrand Piccard reprendra les manettes de l'avion solaire pour gagner Madrid. Les raisons de cette alternance sont d'une part liées à des questions de sécurité: les deux hommes n'effectuent pas deux vols de suite et ont le temps de se reposer, a expliqué une porte-parole à l'ats.

Ce procédé a également un objectif d'entraînement, puisque les deux pilotes auront ainsi pu atterrir dans chacun des aéroports, a-t-elle ajouté. M. Piccard ayant atterri à Rabat à l'aller, c'est donc au tour de M. Borschberg de s'essayer à cette piste au retour.

ATS