Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'avion a atterri dans la nuit à Phoenix après avoir survolé le désert de Mojave.

/AP/MATT YORK

(sda-ats)

Solar Impulse a bouclé lundi peu avant 21h00 à Phoenix la dixième étape de son tour du monde. L'avion solaire, piloté par André Borschberg, a effectué les 1203 km séparant la Californie de la capitale de l'Arizona en un peu moins de 16 heures.

L'appareil qui fonctionne grâce à des batteries nourries à l'énergie solaire s'est posé à l'aéroport de Phoenix Goodyear à 20h55, soit 05h55 mardi en Suisse. "Je suis arrivé à #Phoenix, quel vol incroyable au-dessus du désert de Mojave pour promouvoir #futureisclean", a twitté le André Borschberg.

Cette étape était bien plus courte que la précédente, qui avait duré 60 heures entre Hawaï et Mountaine View et était assurée par l'autre pilote de l'avion, Bertrand Piccard.

Le tour du monde, qui est prévu en treize étapes,avait subi un brutal coup d'arrêt à l'arrivée de l'appareil en juillet à Hawaï, soit à mi-parcours du périple de 35'000 kilomètres. L'avion y est resté immobilisé 293 jours pour une escale technique, le temps de recharger et réparer ses batteries mais aussi dans l'attente d'avoir des conditions météorologiques idéales pour redécoller.

Les batteries du Solar Impulse 2 avaient été endommagées lors de sa première étape au-dessus du Pacifique, un voyage d'une durée record de 5 jours et 5 nuits entre Nagoya au Japon et l'archipel américain d'Hawaï.

New York

Il reste encore une étape à Solar Impulse dans le centre des Etats-Unis avant de rejoindre New York et la côte est des Etats-Unis. Il entamera ensuite la traversée de l'Atlantique. Après une halte sur les côtes méditerranéennes, l'avion bouclera son tour du monde à Abou Dhabi, d'où il est parti. Le périple devait initialement durer 5 mois, entre mars et août 2015, mais en est déjà à 13 mois à mi-chemin.

L'avion construit en Suisse avait été transporté à Abou Dhabi en janvier 2015 par avion-cargo. Ses ailes sont couvertes de plus de 17'000 cellules photovoltaïques, qui chargent les batteries la journée.

Surnommé le "paper plane" (avion en papier), il a une envergure de 72 mètres, plus grande que celle d'un Boeing 747, et un poids de 2,3 tonnes, soit celui d'une petite camionnette.

ATS