Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon Simonetta Sommaruga, les pays européens doivent soutenir les migrants qui veulent volontairement retourner dans leur pays.

KEYSTONE/EPA/OLIVIER HOSLET

(sda-ats)

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s'engage pour que le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) ait accès aux "hébergements, parfois en milieu carcéral des migrants" en Libye. Elle l'a annoncé jeudi lors d'une réunion à Bruxelles.

Le nombre de "traversées dangereuses et parfois mortelles en Méditerranée" a drastiquement régressé ces derniers temps, a affirmé la conseillère fédérale. Ce n'est pourtant pas une raison pour ne pas être attentif.

"Au contraire, il y a beaucoup de gens en Libye, qui ne vivent pas dans des conditions dignes." Les Etats européens ont la responsabilité "de faire immédiatement quelque chose pour ces gens", a ajouté Mme Sommaruga.

Selon la ministre de la Justice, les pays européens doivent en outre soutenir les migrants qui veulent volontairement retourner dans leur pays. La Suisse vers une déjà une participation financière à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui aide les migrants lors de leur retour.

Relocalisation des migrants

Simonetta Sommaruga tire un bilan positif de la participation de la Suisse au programme européen de relocalisation des requérants d'asile qui expire officiellement le 26 septembre. La Suisse tiendra sa promesse d'accueillir, d'ici la fin de l'année, 1500 personnes venant d'Italie et de Grèce .

"Le programme ne fonctionne que, si tout le monde travaille dans le même sens." Et pourtant, il y a toujours des Etats qui n'y participent pas. "Ça m'énerve. Parce que sans solidarité, on ne peut pas faire de politique migratoire en Europe", a-t-elle réagi.

Par ces mots, la conseillère fédérale fait allusion aux Etats comme la Pologne et la Hongrie, qui n'ont pas encore accueilli un seul migrant. Après la décision de 2015 de réinstaller les personnes dans le besoin, la Hongrie et la Slovaquie avait porté plainte.

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) au Luxembourg a récemment rejeté la plainte. Alors que Bratislava a accepté le jugement, Varsovie et Budapest continuent à refuser d'accueillir des requérants d'asile.

Echange d'informations entre Etats

Lors de la rencontre à Bruxelles avec les ministres européens de la Justice et de l'Intérieur, Mme Sommaruga a rappelé l'importance de l'échange d'informations entre les Etats dans la lutte contre le terrorisme. "Il (est) dès lors urgent que les Etats associés à Schengen - et donc la Suisse - puissent obtenir aussi rapidement et simplement que possible un accès direct au système d'information d'Europo (EIS)", peut-on lire dans un communiqué de ses services.

En marge cette réunion, la conseillère fédérale s'est également entretenue avec le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière et avec le ministre italien de l'Intérieur Marco Minniti. Ils ont notamment discuté de la prochaine rencontre du groupe de contact pour la Méditerrannée qui mettra l'accent sur les droits des migrants.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS