Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s'est rendue samedi en Tunisie pour une visite de travail. La ministre de la justice a atterri en fin d'après-midi à Djerba. Au coeur du voyage figure un partenariat migratoire qui doit faciliter le retour de requérants d'asile tunisiens.

Le but de ce voyage est de renforcer la collaboration en matière de migration avec la Tunisie. La ministre suisse souhaite se faire une idée sur place de la situation dans ce pays. "Les problèmes de migration ne se résolvent qu'en commun", a expliqué à l'ats Simonetta Sommaruga.

Dimanche, Mme Sommaruga visitera le camp de réfugiés de Shousha, à la frontière entre la Libye et la Tunisie, ainsi qu'un projet scolaire. Une rencontre avec le ministre tunisien des Affaires étrangères Rafik Abdessalem est agendée lundi. Tous deux veulent signer une déclaration d'intention en vue d'une collaboration dans le domaine de la migration, ainsi que deux accords.

Ces documents constituent la base pour une collaboration globale en matière de migration entre les deux pays, selon le Département fédéral de justice et police. Ils doivent régler les questions liées au retour de requérants d'asile tunisiens.

Hausse des demandes

L'accord a été paraphé fin mars par la Suisse et la Tunisie, après deux mois de négociations. Il fixe notamment les fondements visant à encourager un retour volontaire et les modalités des renvois forcés dans le pays d'origine. En contrepartie, la Suisse offre à la Tunisie un accord relatif à l'échange de jeunes professionnels à des fins de formation.

Lundi, Simonetta Sommaruga rencontrera encore d'autres ministres tunisiens, ainsi que des représentants d'organisations non gouvernementales (ONG).

Dans la foulée du printemps arabe, le nombre de demandes d'asile de Tunisiens en Suisse avait fortement augmenté. Il se situait en deuxième position, derrière l'Erythrée.

En 2011, 2574 demandes tunisiennes ont été déposées, contre 358 seulement en 2010. Après le renversement du pouvoir en place, des dizaines de milliers de Tunisiens ont effectué le voyage vers l'Europe en traversant la Méditerranée.

ATS