Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Suivant le Conseil des Etats, le National a accepté mercredi, par 129 voix contre 15, de mobiliser jusqu'à 6500 militaires pour assurer la sécurité lors du Sommet de la francophonie. La réunion se tiendra du 20 au 24 octobre à Montreux (VD).
Ce chiffre sera corrigé vers le bas, a assuré le ministre de la défense sur la base des derniers détails d'organisation. Il sera fait appel à 5700 militaires et 5200 participeront, dont 4500 en service effectif, a précisé Ueli Maurer.
La moitié sera engagée dans la protection du service aérien, notamment les aéroports et les sites d'atterrissage des hélicoptères qui transporteront les délégations. Les autres seront occupés dans les domaines de la protection des bâtiments et des personnes, ainsi que de la logistique.
Surcoût de 4 millions"Jusqu'à présent aucun indice ne nous dit qu'il pourrait y avoir des troubles, même si on ne peut ignorer qu'il s'agirait d'une plateforme intéressante pour se mettre en lumière, Une septantaine d'Etats sont représentés", a dit le conseiller fédéral.
Les surcoûts de l'envoi de soldats sur les rives du Léman par rapport au budget de leur cours de répétition normal sont estimés à 4 millions de francs. La moitié de cette somme sera utilisée pour le kérosène, a précisé le ministre de la défense.
Les moyens ont déjà été libérés dans le cadre du crédit global pour l'organisation du Sommet de la francophonie. Les Chambres fédérales ont limité les frais à 30 millions de francs en tout, soit cinq millions de moins que ce que demandait le gouvernement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS