Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Donald Trump et le président chinois Xi Jinping doivent se rencontrer jeudi et vendredi dans la luxueuse résidence du milliardaire à Mar-a-Lago en Floride (archives).

KEYSTONE/AP

(sda-ats)

Le premier sommet prévu jeudi aux Etats-Unis entre Donald Trump et Xi Jinping est "capital" pour l'avenir des relations bilatérales. Les deux pays en ont convenu dimanche, après la défiance affichée ce week-end par le président américain.

Le conseiller d'Etat chinois Yang Jiechi, véritable chef de la diplomatie (au-dessus même du ministre des Affaires étrangères Wang Yi), s'est entretenu dimanche soir au téléphone avec le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, a précisé lundi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Lors de cette discussion destinée à préparer le terrain au sommet entre les présidents américain et chinois, les deux responsables ont souligné dans des formules très semblables les enjeux de ce premier sommet de l'ère Trump.

"Au sommet des priorités"

"C'est au sommet des priorités pour les deux parties. C'est d'une importance capitale pour le développement des relations bilatérales, ainsi que pour la paix, la stabilité et la prospérité en Asie et dans le monde", a dit M. Yang, selon un communiqué du ministère chinois.

"La rencontre des deux chefs d'Etat est extrêmement importante pour l'avenir des relations sino-américaines", lui a fait écho M. Tillerson, selon la même source, assurant que Washington "ne ménage pas ses efforts pour les préparatifs".

M. Trump doit recevoir Xi Jinping jeudi et vendredi dans sa villa de Mar-a-Lago en Floride, un sommet censé illustrer le rapprochement entre les deux puissances sur fond de crise nucléaire avec la Corée du Nord.

Défiance de Trump

Mais depuis l'annonce de ce sommet, Donald Trump a soufflé le chaud et le froid. Il a écrit sur Twitter qu'il anticipait un entretien "très difficile" avec M. Xi. "Nous ne pouvons plus avoir d'énormes déficits commerciaux (...) et des pertes d'emplois", a-t-il insisté, soulignant la nécessité d'envisager des "alternatives" pour les entreprises américaines.

Pour enfoncer le clou, le locataire de la Maison Blanche a demandé vendredi à son administration de recenser les pays exportateurs qui "trichent" avec les règles en place. Il a appelé à prendre les mesures nécessaires "pour mettre fin aux abus". Des formules semblant viser la Chine sans la désigner.

M. Trump avait fait du géant asiatique un épouvantail de sa campagne électorale. Il avait accusé Pékin d'être un "champion de la manipulation de sa devise" pour favoriser ses exportations - ce que le régime chinois avait farouchement réfuté.

Enfin, dans un entretien au quotidien Financial Times publié dimanche, Donald Trump s'est déclaré prêt à "régler" seul le problème du nucléaire nord-coréen - sans l'aide de la Chine. Une déclaration qui intervient alors que Washington dénonce ouvertement l'insuffisance des sanctions adoptées par Pékin contre Pyongyang, en dépit de l'arrêt de ses importations de charbon nord-coréen.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS