Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un jeune homme avait surgi en janvier dans les studios de la télévision publique néerlandaise NOS, armé d'un pistolet factice. Il a été condamné à deux ans et demi de prison, dont 15 mois avec sursis, a indiqué le tribunal de Lelystad (centre).

Agé de 20 ans, l'homme a été reconnu coupable par le tribunal de "prise d'otage, de menaces et d'avoir assuré avoir une arme dans les locaux de la NOS le 29 janvier", a expliqué vendredi le tribunal dans un communiqué. Il lui est aussi interdit de se rendre dans le voisinage des locaux de la NOS, à Hilversum, dans le centre des Pays-Bas.

Il avait fait irruption dans le bâtiment en janvier, exigeant de passer à l'antenne du journal de 20h00. Il avait notamment affirmé que 98 hackers le soutenant étaient prêts à mener une cyberattaque et que huit charges explosives radioactives avaient été placées aux Pays-Bas.

Arrêté quelques instants plus tard par la police, il avait très vite admis avoir agi seul et non au nom d'une organisation. "Ses actions ont mené à des sentiments de peur et d'anxiété pour ceux qui étaient directement concernés, notamment les gardes de la sécurité et ceux qui étaient présents dans les studios", a affirmé le tribunal.

"Liberté d'expression"

La peine infligée est néanmoins inférieure aux quatre ans requis par le parquet. Le tribunal a effet estimé qu'il ne s'agissait pas "d'une prise d'otage de la liberté d'expression et de la démocratie", comme l'affirmait l'accusation, mais "d'une tentative, au caractère très amateur, de faire entendre sa propre liberté d'expression à travers des actions violentes".

Le jeune homme devra de plus débourser 2500 euros pour le garde de sécurité qu'il avait brièvement pris en otage ainsi que 2600 euros de dommages et intérêts à la NOS. Soit l'équivalent, au total, de 5325 francs.

ATS