Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sony a dévoilé les contours d'un plan de redressement prévoyant la suppression de 10'000 emplois dans le monde, soit 6% de ses effectifs. Le fabricant japonais d'électronique grand public espère renouer avec les bénéfices malgré les difficultés de sa division téléviseurs.

Sous la houlette de son nouveau directeur général Kazuo Hirai, Sony a dit vouloir renforcer son activité dans la téléphonie mobile, l'imagerie numérique et les jeux, tout en recherchant des investissements stratégiques dans le matériel médical et les batteries pour véhicules électriques.

Sony souffre d'une demande déclinante pour ses téléviseurs face à la concurrence de rivaux plus innovants comme l'américain Apple ou le sud-coréen Samsung Electronics.

Appel au changement

"Nous avons entendu les nombreuses voix des investisseurs appelant au changement", a dit jeudi le nouveau patron Kazuo Hirai à une foule de journalistes rassemblés au siège de Sony à Tokyo. "Sony va changer", a-t-il promis, ajoutant qu'il entendait devenir un acteur clé du marché mondial de la téléphonie mobile.

Kazuo Hirai, qui a pris ses fonctions à la tête de Sony le mois dernier, a précisé viser pour le groupe un chiffre d'affaires total de 8500 milliards de yens (96,1 milliards de francs) sur l'exercice 2014-2015 et une marge d'exploitation de plus de 5%.

A terme, Sony espère par ailleurs porter à 100 milliards de yens ses ventes dans le domaine médical, a fait savoir Kazuo Hirai.

Réduction des coûts

Dans un communiqué publié avant la conférence de presse, Sony a dit anticiper une charge de restructuration d'environ 75 milliards de yens (850 millions de francs) sur l'exercice qui s'achèvera le 31 mars 2013.

Le groupe entend réduire de 60% ses coûts fixes et de 30% ses coûts d'exploitation dans les téléviseurs en 2013-2014 par rapport à cette année.

ATS