Navigation

Sorti du coma, Schumacher est désormais soigné au CHUV

Ce contenu a été publié le 16 juin 2014 - 13:15
(Keystone-ATS)

Automobil - Michael Schumacher "n'est plus dans le coma" et a quitté l'hôpital de Grenoble où il était hospitalisé depuis son accident de ski survenu le 29 décembre à Méribel, a annoncé lundi son entourage.
L'Allemand de 45 ans a été transporté et pris en charge lundi matin au CHUV à Lausanne, a annoncé l'hôpital vaudois. "Sa famille est avec lui, dans un espace aménagé spécialement pour préserver leur intimité et pour assurer les meilleurs soins possibles", a précisé un porte-parole de l'hôpital, Darcy Christen. "Comme pour tout patient, nous souhaitons veiller au respect du secret médical et de la sphère privée de sa famille", a-t-il ajouté.
"Sa famille souhaite remercier expressément les médecins, les équipes soignantes et l'administration de l'hôpital de Grenoble ainsi que les premiers secours qui sont intervenus sur le lieu de l'accident. Tous ont accompli un travail formidable pendant ces premiers mois", indique communiqué diffusé par Sabine Kehm, porte-parole de la famille, qui ne fournit aucun détail sur l'état de santé de Schumacher. Le texte précise que ces remerciements s'adressent aussi "à toutes les personnes qui ont envoyé leurs meilleurs voeux de rétablissement à Michael. Ceux-ci l'ont certainement aidé".
La famille et l'hôpital de Grenoble ne donneront pas de conférence de presse. "Nous demandons à tous de bien vouloir, à l'avenir, respecter le fait que cette longue phase de réadaptation ne se déroulera que dans le cadre privé", conclut le communiqué.
Le pilote automobile avait violemment heurté un rocher de la tête, en skiant en compagnie de son fils et d'un groupe d'amis à Méribel, une station de sports d'hiver des Alpes françaises. Lors de son admission à l'hôpital, il souffrait de lésions crâniennes "diffuses et graves". Après avoir été plongé dans un coma artificiel, il avait été placé le 30 janvier en phase de réveil, qui consiste à réduire progressivement les sédatifs qui lui sont administrés, un processus très long.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.