Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si la Grèce devait revenir à la drachme, les conséquences ne seraient pas dramatiques pour la Suisse, a annoncé vendredi l'institut BAKBASEL. Mais en cas d'effet domino, avec la sortie de cinq pays de la zone euro, l'économie helvétique entrerait en forte récession.

Dans un scénario d'éclatement de la zone euro, avec le départ non seulement de la Grèce, mais aussi de l'Espagne, l'Irlande, l'Italie et le Portugal, l'économie suisse subirait une grave récession pendant au moins deux ans, selon une étude de l'institut de recherche économique. Le produit intérieur brut (PIB) se contracterait de 4 points de pourcentage durant cette période.

Les cinq pays représentant 14% du total des exportations suisses, le commerce extérieur serait le déclencheur de la dépression. Et ceci d'autant plus que les partenaires européens de ces pays seraient eux aussi gravement touchés. Par rapport au scénario de statu quo, le recul cumulé des exportations suisses pendant deux ans atteindrait 10 points de pourcentage.

2% de chômage en plus

La récession aurait aussi des conséquences négatives sur le marché du travail en Suisse. Les experts de BAKBASEL comptent avec un taux de chômage majoré de 2% encore quatre ans après l'événement.

Si toutefois seule la Grèce sortait de la zone euro, la croissance du PIB helvétique ne reculerait que de 1,1% durant l'année suivante, selon les estimations de BAKBASEL. Les exportations vers ce pays ne représentent que 0,6% du total, rappellent les chercheurs. Elles ne jouent donc qu'un rôle mineur.

Dégâts limités

En revanche, les conséquences du retrait de la Grèce sur la zone euro, qui influeront négativement sur la demande en produits suisses, ainsi que l'insécurité temporaire, se feront elles sentir dans notre pays. La propension à investir et le moral des consommateurs en pâtiront notamment.

Mais durant la deuxième année déjà, les exportations commenceront à se redresser, selon les projections de BAKBASEL. Après trois ans, l'économie suisse aurait rattrapé son retard, atteignant presque les mêmes résultats que dans le scénario de statu quo.

ATS