Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La diminution des violences devrait permettre aux organisations humanitaires de pouvoir accéder à davantage aux civils au Soudan du Sud (archives).

KEYSTONE/AP/SAMIR BOL

(sda-ats)

Le CICR s'attend à pouvoir étendre son aide au Soudan du Sud grâce à la réduction des violences et prépare son retour dans des zones qu'il avait dû quitter. Contrairement aux indications des autorités, aucun de ses membres ne figure parmi les tués d'un crash dimanche.

Ces derniers mois, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a observé moins de blessés par arme dans les centres de santé qu'il encadre, a dit lundi à la presse le directeur des opérations Dominik Stillhart. Avec cette réduction des violences, qui a abouti à un accord de paix attendu pour mercredi, et de meilleures conditions climatiques, "nous serons assurément capables d'atteindre davantage de personnes", a-t-il ajouté après une semaine sur place.

Après avoir dû quitter sa sous-délégation de Leer, le Comité va revenir dans le nord du pays, à Bentiu. Il réfléchit aussi au dispositif dans le nord-est du pays mais les conditions ne sont pas encore suffisantes.

Le président sud-soudanais Salva Kiir et son opposant le chef rebelle Riek Machar doivent signer en Ethiopie un nouvel arrangement politique après l'échec des précédents. Les organisations humanitaires "n'ont pas le pouvoir de mettre fin à la violence et aux déplacements massifs de civils. Seule une solution politique le peut", a estimé M. Stillhart.

Millions de déplacés

Malgré les doutes de plusieurs acteurs internationaux, il relève que, pour la première fois, "les pays de la région sont unis dans la même direction". En cinq ans de crise, les Etats voisins ont accueilli plus de 2,5 millions de réfugiés. Et deux millions d'autres sont déplacés à l'intérieur du Soudan du Sud.

"Il est trop tôt" pour dire quel pourrait être le rôle du CICR dans l'accompagnement de l'application de l'accord. Mais le directeur des opérations estime que l'organisation pourrait contribuer à la libération des détenus et à la démobilisation d'enfants.

Selon M. Stillhart, si la famine a pu être évitée, jusqu'à 100'000 enfants restent menacés. Face aux nombreuses violations des droits de l'homme identifiées, le responsable du CICR admet que les organisations humanitaires "ne font pas assez" pour prendre en charge les souffrances de victimes de violences sexuelles dénoncées par la Commission de l'ONU sur ce pays.

M. Stillhart a aussi donné de nouvelles indications sur un accident d'avion dimanche au centre du pays. Un responsable régional sud-soudanais avait annoncé qu'un membre du CICR se trouvait parmi les victimes. Le directeur des opérations a précisé qu'aucun personnel de l'organisation n'a été tué. Cette personne est un Sud-Soudanais de la Croix-Rouge locale.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS