Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté mardi à l'unanimité une résolution d'inspiration américaine qui prévoit des sanctions contre les belligérants au Soudan du Sud. Le jeune pays est ravagé par une guerre civile et des massacres interethniques.

Le Conseil se donne la possibilité de geler les avoirs de ceux qui menacent la stabilité du pays, se rendent coupables d'exactions ou entravent l'aide humanitaire, et de leur interdire de voyager. Mais il faudra qu'un comité désigne les individus à sanctionner.

Des experts seront aussi chargés de surveiller le flot d'armes qui alimente les hostilités. Mais la résolution n'impose pas d'embargo sur ces armes.

Les Européens sont favorables à un tel embargo mais l'administration américaine est divisée, certains faisant valoir qu'une telle mesure pénaliserait davantage le président Salva Kiir que son adversaire, l'ancien vice-président Riek Machar.

Partager le pouvoir

L'ONU, l'Organisation intergouvernementale est-africaine (IGAD), qui mène une médiation régionale, ou les Etats-Unis ne brandissent pas l'arme des sanctions pour la première fois. Mais cette résolution du Conseil est la première qui mette en place un mécanisme de sanctions.

Les deux camps ont repris des discussions à Addis Abeba sous l'égide de l'IGAD. Ils ont jusqu'au 5 mars pour se partager le pouvoir au sein d'un gouvernement de transition.

Lundi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a fustigé les deux camps rivaux "qui continuent de tergiverser (et) refusent les concessions nécessaires". Ce conflit "a assez duré", a-t-il martelé.

Initialement réticentes, la Russie et la Chine se sont ralliées à l'idée de sanctions. De leur côté, les Etats-Unis avaient temporisé pendant plusieurs mois avant de proposer leur texte, arguant qu'il fallait laisser agir les médiateurs régionaux. Washington a soutenu pendant des décennies l'indépendance du Soudan du Sud, obtenue en 2011.

Détresse alimentaire

La résolution prévoit des "sanctions ciblées" (gel des avoirs et interdiction de voyager), pendant une période initiale d'un an, contre ceux qui "menacent la paix, la sécurité ou la stabilité" du pays, s'en prennent aux civils ou aux Casques bleus ou bloquent la distribution de l'aide humanitaire.

Le Conseil a aussi décidé de suivre les étapes pour un règlement fixées par l'IGAD et se réserve la possibilité de renforcer ce régime de sanctions par des mesures supplémentaires.

Le conflit a fait au moins 50'000 morts depuis décembre 2013, selon une ONG. L'ONU estime que 4 millions de personnes sont en situation de détresse alimentaire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS