Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Genève, le Ministère public a arrêté quatre personnes dans les locaux de l'Office cantonal de la population et des migrations. Elles sont soupçonnées de corruption. L'une d'entre elles est un collaborateur de l'office.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Le Ministère public genevois enquête sur des soupçons de corruption à l'Office cantonal de la population et des migrations (OCPM). Il a procédé jeudi matin à une perquisition dans les locaux de l'office. Quatre personnes ont été arrêtées.

Présumées innocentes, ces quatre personnes sont notamment prévenues de corruption passive et de gestion déloyale des intérêts publics, a indiqué jeudi le Ministère public, confirmant une information de la RTS. L'une d'entre elles est un collaborateur de l'OCPM. Des documents et du matériel informatique ont été saisis pour être analysés.

"Des employés sont aussi entendus comme témoins", a fait savoir Henri Della Casa, porte-parole du pouvoir judiciaire, revenant sur l'information de la RTS. L'enquête est dirigée par le premier procureur Stéphane Grodecki.

Le Ministère public ne fait aucun autre commentaire. Selon la RTS, il s'agirait d'un trafic de papiers à destination de ressortissants maghrébins.

ATS