Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président Barack Obama a qualifié jeudi le soutien des Etats-Unis à Israël de "sacro-saint". Il a évoqué la nécessité d'aider ce pays à maintenir sa "supériorité militaire", quatre jours avant de recevoir le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur fond de tensions avec l'Iran.

M. Obama, qui participait à New York à une réunion de levée de fonds pour sa campagne en vue de la présidentielle du 6 novembre, a mentionné face à ses soutiens les changements géopolitiques induits par les révoltes populaires dans le monde arabo-musulman depuis début 2011.

"L'un de nos objectifs à long terme dans cette région est de faire en sorte que l'engagement sacro-saint que nous avons vis-à-vis de la sécurité d'Israël ne se traduise pas seulement en lui fournissant les capacités militaires dont il a besoin, pas seulement en lui permettant le genre de supériorité militaire nécessaire dans une région très dangereuse", a-t-il noté.

Paix au second plan

Les Etats-Unis doivent aussi coopérer avec Israël "pour essayer de lancer une paix qui puisse être durable dans la région. Et c'est difficile", a noté M. Obama, dont toutes les tentatives de relancer le processus de paix israélo-palestinien ont échoué malgré la priorité donnée à ce dossier dès le début de son mandat en janvier 2009.

Ce dossier est toutefois passé au second plan ces derniers mois alors qu'Israël souffle le chaud et le froid sur une attaque préventive contre le programme nucléaire iranien, dont l'Etat hébreu se dit persuadé qu'il est à visée militaire malgré les dénégations de Téhéran.

M. Netanyahu, qui doit rencontrer M. Obama lundi, a déclaré que le dossier iranien serait le "principal sujet" de ses entretiens avec le président américain. Le Premier ministre israélien assure régulièrement se réserver "toutes les options" face à cette menace.

Washington affirme aussi que "toutes les options sont sur la table" face à l'Iran mais estime que le régime islamique n'a pas entrepris de construire une arme nucléaire.

ATS