Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois ans après l'échec du Transrun, un nouveau projet de liaison ferroviaire rapide entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds pourrait voir le jour. Le Grand Conseil neuchâtelois a approuvé mardi sans opposition le rapport "Neuchâtel Mobilité 2030" du gouvernement.

Tous les partis ont salué cette stratégie du Conseil d'Etat. Même les opposants au Transrun ont apporté leur soutien à cette conception de la mobilité. "Cette stratégie repose sur la complémentarité entre la route et le rail", a relevé le conseiller d'Etat neuchâtelois Laurent Favre.

Elle s'appuie sur les nouveaux mécanismes de financement fédéraux. "Pour gagner, nous devons convaincre les autorités fédérales", a ajouté le chef du Département du développement territorial.

Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds

L'épine dorsale de cette stratégie, qui veut rapprocher les régions du canton pour en faire un espace, est constituée par la liaison ferroviaire directe entre le Haut et le Bas du canton. Le temps de parcours serait de 14 minutes.

Le financement de la ligne reliant Neuchâtel à La Chaux-de-Fonds n'est pas fixé, mais il pourrait être pris en charge entièrement par la Confédération. Les Chambres fédérales se prononceront d'ici à 2019 sur le financement de cette liaison ferroviaire dont les coûts sont de l'ordre de 900 millions de francs.

Avance de fonds

En cas de feu vert de Berne, le montant issu du fonds d'infrastructure ferroviaire (FIF) ne serait libéré que vers 2030, une échéance jugée tardive par les autorités neuchâteloises. Celles-ci souhaitent donc préfinancer cette opération pour entamer les travaux le plus tôt possible.

Le Grand Conseil neuchâtelois a suivi mardi le Conseil d'Etat et accepté par 109 voix sans opposition le principe d'une avance de fonds de 900 millions de francs et la prise en charge des intérêts en attendant l'argent de la Confédération.

Neuchâtel pourrait démarrer les travaux en 2020 pour avoir terminé le chantier en 2030 lorsque l'argent fédéral sera versé. Le canton ne devrait payer pour ce projet ferroviaire que les intérêts sur le prêt, 110 millions de francs, soit cinq fois moins que le coût du Transrun.

Votation en 2016

Pour disposer de tous les atouts, le canton soumettra ce projet de liaison ferroviaire entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds et son mécanisme de financement en votation populaire au cours du 1er semestre 2016.

"Après l'échec du Transrun et de la vignette à 100 francs, nos chances de convaincre la Berne fédérale passent par l'expression d'un soutien massif de notre population à la stratégie du Conseil d'Etat", a déclaré le ministre Laurent Favre.

Le Grand Conseil et le peuple neuchâtelois se prononceront sur ce dossier sans connaître la décision des Chambres fédérales. En cas de refus du financement fédéral, l'autorisation de préfinancement deviendrait caduque et le projet tomberait à l'eau.

Rail/Route

Le rapport "Neuchâtel Mobilité 2030" vise à concrétiser la complémentarité route/rail et non pas à opposer ces deux modes de transport. Tous les groupes du Grand Conseil ont salué cette philosophie.

Outre cette liaison ferroviaire rapide et directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, cette stratégie prévoit l'amélioration de plusieurs lignes ferroviaires, les contournements autoroutiers du Locle et de La Chaux-de-Fonds et la promotion de la mobilité douce.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS