Toute l'actu en bref

Le Conseil des Etats veut un coup de pouce supplémentaire de 15 millions de francs par an pour le sport d'élite. Ici, l'équipe suisse de foot féminin à l'entraînement au centre de Macolin (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Berne devrait augmenter sa participation à l'encouragement du sport d'élite de 15 millions de francs par an. Le Conseil des Etats a adopté lundi une motion en ce sens, contre l'avis du Conseil fédéral. Le National doit encore donner son feu vert.

Le texte de la commission de l'éducation de la Chambre des cantons veut inscrire au budget 2018 et aux plans financiers des années suivantes 15 millions de francs supplémentaires en faveur des sportifs d'élite de demain.

En raison des difficultés financières du sport d'élite, il faut prévoir davantage de fonds, notamment pour la formation des entraîneurs, afin d'encourager la relève, indique la motion. La Confédération ne participe pas suffisamment à l'encouragement du sport d'élite, contrairement aux cantons, "ce qui est inacceptable".

Les cantons ont débloqué 15 millions de francs supplémentaires pour les années 2017-2019 provenant des recettes de Swisslos et de la Loterie Romande. Si Berne ne prévoit pas elle aussi 15 millions de plus par an, les cantons cesseront de s'acquitter de leur part à partir de 2020.

Cacahuètes

De son côté, le Conseil fédéral a prévu un plan d'action pour l'encouragement du sport, dont les sénateurs ont pris acte. Selon ce plan, une première phase de 2017 à 2023 sera consacrée à la consolidation des programmes existants et à la réalisation des projets de rénovation et de constructions indispensables. Il devra aussi se pencher sur l'encouragement de l'activité physique pour les enfants et les adolescents en surpoids.

Mais les critiques n'ont pas manqué. "Ce que vous prévoyez, ce sont des cacahuètes", a lancé Olivier Français (PLR/VD) au ministre des sports Guy Parmelin. Il n'y a aucun soutien concret, aucune mesure. Pourtant, le poids économique du sport est infiniment supérieur à d'autres domaines qui reçoivent plus de moyens, comme l'agriculture.

Pas de marge

Le soutien de la Confédération au sport d'élite ne disparaît pas, il est suspendu, a défendu Guy Parmelin. Entre 2006 et 2015, Berne a augmenté continuellement les moyens fédéraux, de 32 à 50 millions de francs par an. La manne de Jeunesse+Sport sera augmentée dès 2017 de 10 millions de francs (pour un total de 105,5 millions).

Mais malgré le programme d'économie en cours, des efforts supplémentaires seront nécessaires. Il n'y a donc pas de marge de manoeuvre pour augmenter les moyens financiers pour la relève dans le sport d'élite, a fait valoir Guy Parmelin. "J'en suis le premier déçu."

Les sénateurs ont soutenu la motion par 41 voix contre 1. Un même texte sera traité jeudi au National. En cas de soutien, la motion pourra être intégrée dans la planification budgétaire actuelle immédiatement après la session.

La Chambre des cantons a dans la foulée transmis au gouvernement un postulat de Claude Hêche (PS/JU). Le Conseil fédéral devra réaliser un état des lieux dans le domaine des installations sportives d'importance nationale et examiner si des mesures supplémentaires sont nécessaires.

ATS

 Toute l'actu en bref