Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des proches de victime du glissement de terrain observent les opérations de secours et de déblaiement.

KEYSTONE/AP/ERANGA JAYAWARDENA

(sda-ats)

L'armée srilankaise fouillait des montagnes de boue jeudi en quête d'une centaine de personnes portées disparues après un glissement de terrain. Celui-ci a enseveli deux villages, tuant au moins 24 personnes.

Les autorités ont promis de chercher "aussi longtemps qu'il le faudra". Mais l'espoir s'éloigne de retrouver des survivants après ce glissement de terrain survenu mardi soir dans une zone montagneuse après de fortes pluies qui ont sévi pendant trois jours.

Ce glissement de terrain s'est produit dans deux villages du district de Kegalle, riche en plantations de thé et qui se situe à environ 100 km au nord-est de la capitale Colombo.

"Nous ne renonçons pas", a dit à Colombo le ministre de Gestion des catastrophes, Anura Yapa. "Nous considérons qu'il s'agit toujours d'une opération de sauvetage et fouillerons aussi longtemps qu'il le faudra".

Aucun survivant retrouvé

Personne n'a été retrouvé vivant dans les heures qui ont suivi ce glissement de terrain, a-t-il cependant reconnu.

Une centaine de personnes sont portées disparues, selon le ministre tandis que d'après la police, les habitants ont recensé 134 disparus.

Sept corps ont été retrouvés jeudi dans l'un des villages, portant le bilan de ce glissement de terrain à 24 morts, a dit un responsable de la police de l'un de ces villages, sous couvert d'anonymat.

Aide internationale requise

La zone est classée à risques pour les glissements de terrain et nombre d'habitants avaient fui leur logement avant la catastrophe.

Le ministre des Affaires étrangères Mangala Samaraweera a demandé l'aide de la communauté internationale après les fortes pluies qui ont entraîné des inondations dans de nombreuses parties de l'île.

"La situation est largement sous contrôle, mais nous avons encore besoin de beaucoup d'aide", a-t-il dit aux journalistes à Colombo. "Nous avons besoin de façon urgente de pastilles de purification d'eau, de pompes à eau et d'autres choses de ce genre".

Mise en garde

Réfugiée dans un temple bouddhiste de Kegalle, une femme a expliqué que son fils et son petit-fils de 10 ans ont été tués dans ce glissement de terrain qui a déferlé sur sa maison. "La maison de mon fils a tout simplement disparu", a dit cette femme, dont Piyawathi est le seul nom, de ce temple où 350 personnes se sont réfugiées.

L'autorité de gestion des catastrophes a lancé une mise en garde contre de nouveaux glissements de terrain et a évacué plusieurs zones.

Les inondations ont fait 38 morts depuis le week-end dernier. Des centaines de milliers de personnes ont été accueillies dans des centres d'urgence et l'armée a été envoyée pour aider aux évacuations.

ATS