Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux loups de la meute du massif du Calanda, à cheval entre St-Gall et les Grisons, devraient être tirés. Les bêtes ne craignent plus les humains et s'aventurent de plus en plus près d'étables, indiquent les deux cantons. Le WWF et Pro Natura critiquent.

La première meute de loups en Suisse, qui vit depuis 2012 sur le massif du Calanda, se comporte de manière problématique, écrivent lundi St-Gall et les Grisons dans un communiqué. Ils ont demandé une autorisation de tirer deux loups à l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

De cette façon, les loups craindront à nouveau l'homme, estiment les cantons. Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de situation dangereuse pour les humains. Mais certains loups s'aventurent de plus en plus près de bâtiments, d'étables ou d'enclos.

Afin d'entraver cette évolution, deux animaux de la meute devraient être tirés cet hiver. "La cohabitation des grands prédateurs au sein du paysage culturel suisse ne sera à l'avenir possible que si ces loups craignent à nouveau les êtres humains", écrivent les deux cantons.

Pas une solution

Auprès des associations de défense de l'environnement WWF et Pro Natura, la démarche passe mal. Elles critiquent les tirs prévus, dans une prise de position lundi. "Ce n'est pas une solution", font-elles valoir. Le fait que des loups, tout comme des renards ou des chevreuils, s'approchent de bâtiments, n'est pas inhabituel ni forcément problématique.

En Europe, on ne connaît quasiment pas d'incidents entre loups et humains. Le risque pour l'homme est minime. Si l'OFEV autorise les tirs de deux jeunes loups, ils doivent "être conduits de façon scientifique et leurs conséquences dûment documentées", estiment les deux organisations.

Dizaine de loups

La meute du Calanda compte actuellement environ dix loups, selon Dominik Thiel, chef de l'Office cantonal st-gallois de la nature, de la chasse et de la pêche. Il s'agit d'un couple et quatre louveteaux, ainsi qu'entre trois et cinq jeunes nés l'an dernier, a-t-il précisé à l'ats.

Les tirs planifiés cet hiver n'ont rien à voir avec les récentes attaques d'animaux de rente en terres st-galloises, a encore expliqué M. Thiel. Les loups de Calanda ont dévoré cette année sept chèvres et un veau. Selon les prescriptions de la Confédération, ce n'est pas suffisant pour justifier un tir.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS