Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

C'est évident: Stefan Küng s'attendait à un bien meilleur résultat qu'une 12e place à Espelette. Il a concédé 1'26'' sur le champion du monde de la spécialité Tom Dumoulin.

L'an dernier, le champion de Suisse du contre-la-montre avait pris la 9e place du dernier "chrono" du Tour de France à Marseille. Las, sur les collines du Pays basque français, il a cette fois-ci manqué le top 10. "Le terrain, ici, est fait pour les coureurs petits, légers et explosifs. Je ne suis pas du tout ce type de coureur", expliquait Küng après la course. Peut-être que le Thurgovien aurait pu encore rogner 5 secondes en prenant tous les risques. "Mais pas plus, j'en suis certain." On notera tout de même que le podium de ce contre-la-montre ne correspond guère à la description faite par Küng...

Küng estime aussi qu'il était difficile de se préparer pour ce rendez-vous contre le chronographe. "Le rythme des 19 étapes précédentes a été imposé par les coureurs et tout le peloton. Dans une étape comme celle de vendredi à Laruns, tous les coureurs souffrent qu'ils se battent pour la victoire ou qu'ils accompagnent le gruppetto pour rejoindre l'arrivée." Toutefois, le Thurgovien considère ce contre-la-montre comme "un pas dans la bonne direction". Küng estime qu'il avait de meilleures sensation que l'an dernier à Marseille.

Stefan Küng va terminer ce Tour au 53e rang, comme meilleur des quatre Suisses présents. "Rejoindre Paris est toujours un objectif. Je me réjouis de terminer pour la deuxième fois la Grande Boucle sur les Champs-Elysées."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS