Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La stratégie du Conseil fédéral en faveur de la biodiversité, qui fixe dix objectifs à mettre en oeuvre d'ici 2020, a été largement saluée lors de la consultation qui a pris fin vendredi. Plusieurs organisations et partis demandent toutefois des améliorations.

Ce projet, qui vise à conserver la biodiversité à long terme, répond à un mandat donné par le Parlement en 2008 ainsi qu'à la Convention sur la diversité biologique à laquelle la Suisse a adhéré. Lorsque le gouvernement aura approuvé sa stratégie définitive, les objectifs devront être détaillés dans les 18 mois par un plan d'action plus concret, soit normalement d'ici 2014.

Le projet prévoit que les zones protégées existantes soient développées - et leur qualité améliorée - puis mises en réseau. Sa stratégie présente des pistes pour résoudre les conflits d'intérêts pouvant exister entre la conservation de la biodiversité et certaines politiques sectorielles.

Attendu depuis longtemps

Les organisations environnementales attendaient ce projet depuis longtemps et le saluent unanimement.

Le PS, l'Union syndicale suisse (USS), la Conférence des délégués à la protection de la nature et du paysage (CDPNP) et Pro Natura insistent sur l'importance d'allouer suffisamment de moyens financiers et humains pour mettre en oeuvre cette stratégie.

Et la manne supplémentaire ne devra pas être compensée par des économies dans d'autres domaines de la protection de la nature et du paysage, exige le PS. Quant aux Verts, il estiment qu'il ne faut plus tergiverser si l'on veut réellement atteindre les objectifs d'ici 2020.

Améliorations proposées

Pour le PLR, le projet est trop vague. Il ne précise pas, par exemple, combien d'hectares devront être consacrés à des zones protégées, ni au détriment de quels secteurs. Il manque aussi les règles nécessaires à gérer les conflits d'utilisation. En l'état, on ne peut pas évaluer la plus-value de cette stratégie, critique le PLR.

L'UDC, elle, rejette résolument le projet, estimant que la Suisse en fait déjà bien assez dans ce domaine.

ATS