Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La résistance aux antibiotiques est un problème majeur de santé publique. Pour la combattre, le Conseil fédéral a adopté mercredi une stratégie nationale. Médecine humaine, médecine vétérinaire, agriculture et environnement sont concernés.

Au coeur de la stratégie, une surveillance stricte de l'emploi des antibiotiques dans la médecine humaine et vétérinaire ainsi que la collecte de données plus précises. Pour ce faire, des mesures ciblées doivent être appliquées dans les hôpitaux, les cabinets médicaux, cabinets vétérinaires et exploitations agricoles, où l'utilisation d'antibiotiques est supérieure à la moyenne.

La prévention doit par ailleurs être renforcée afin de maintenir à long terme l'efficacité des médicaments. Diminuer la consommation d'antibiotiques constitue le seul moyen efficace pour réduire la résistance.

Hygiène renforcée

L'hygiène dans les hôpitaux et les soins doit être améliorée et les élevages d'animaux optimisés afin d'éviter les infections et donc de réduire l'utilisation des antibiotiques. Des alternatives efficaces doivent également être développées.

Des directives harmonisées et valables à l'échelle nationale favorisent l'utilisation rationnelle des antibiotiques. Elles fixent les conditions dans lesquelles les antibiotiques doivent être prescrits en médecine. Elles comportent aussi des informations permettant de préciser le choix du médicament, le dosage et la durée du traitement.

D'autres mesures concernent la sensibilisation et la formation continue des professionnels ainsi que l'information de la population. La stratégie prévoit encore une coopération entre les disciplines et les secteurs afin que les synergies puissent être exploitées.

Combattre l'antibiorésistance fait partie des priorités de la politique sanitaire du Conseil fédéral dans sa stratégie "Santé 2020". La stratégie nationale Antibiorésistance (StAR) a été élaborée par les offices fédéraux de la santé publique, de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, de l’agriculture, avec la collaboration de l’Office fédéral de l’environnement, des cantons et d'autres acteurs.

Sa mise en oeuvre débutera en 2016, soit en même temps que l'entrée en vigueur de la loi sur les épidémies. Les offices concernées seront responsables établiront la planification détaillée. Un organe de coordination multisectoriel et un comité consultatif d'experts sont prévus.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS