Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Straumann ne compte plus le fonds souverain singapourien GIC parmi ses actionnaires (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Le fonds souverain singapourien GIC continue de se séparer de ses participations suisses. Après UBS, il a décidé de vendre ses dernières actions, un paquet de 540'000 titres environ, détenues dans le spécialiste bâlois des implants dentaires Straumann.

Ce dernier a confirmé mercredi l'information. Les actions cédées représentent 3,4% du capital-actions de Straumann. L'opération a mis sous pression le titre à la Bourse suisse, celui-ci perdant plus de 2,5% après une heure d'échanges, dans un marché lui-même en baisse.

Selon la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), GIC aurait obtenu un prix de541 francs par action vendue. Pour mémoire, le titre Straumann a clôturé mardi à un cours de 551,50 francs.

Premier désengagement

La vente divulguée mercredi intervient quelques mois après la vente d'un premier paquet d'actions à Straumann lui-même pour quelque 200 millions de francs. En septembre dernier, le fonds souverain avait réduit alors sa participation à 4,39%, contre 13,79% précédemment.

GIC est devenu un actionnaire de référence du groupe bâlois en 2012, au moment où le fondateur Thomas Straumman avait décidé de se désengager. Le fonds singapourien avait acquis à l'époque une participation de 14%, les titres se négociant sous 200 francs.

Actions UBS aussi

Le fonds souverain a déjà fait parler lui lundi. Ce jour-là, il a annoncé la vente d'une importante partie de ses actions UBS. L'opération porte sur 93 millions de titres du numéro un bancaire suisse, soit 2,4% du capital-actions et des droits de vote.

Après la réalisation de la transaction, la participation de GIC dans UBS passera sous 3%. Le fonds était entré dans le capital en décembre 2007, après la recapitalisation lancée par la banque pour sauver sa peau face aux déboires subis dans la crise du crédit à risque (subprimes) aux Etats-Unis. Il avait injecté 11 milliards de francs.

Très gros investisseur

En avril, GIC avait cédé sa participation de 8% dans l'exploitant bâlois de boutiques hors-taxes Dufry. Le paquet d'actions avait alors été repris par le chinois HNA.

Créé en 1981, GIC est l'un des deux fonds souverains singapouriens, avec Temasek. Il investit les réserves en devises étrangères de Singapour.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS