Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Coupe Stanley était pour la troisième fois de passage en Suisse mercredi. Sacré ce printemps en NHL avec Pittsburgh, Mark Streit était en visite dans sa ville de Berne avec le prestigieux trophée.

"C'est un moment incroyable. J'en profite tout particulièrement car je peux le partager avec ma famille et mes amis. C'est grandiose, je me réjouissais énormément de vivre ce moment", a lâché le défenseur bernois de 39 ans, qui était arrivé à Pittsburgh le 1er mars en provenance de Philadelphie et n'a disputé que trois matches en play-off avec les Penguins (aucun en finale face à Nashville).

Qu'a-t-il ressenti au moment de soulever l'encombrant trophée, près de douze ans après avoir effectué ses débuts dans la Ligue nord-américaine? "Le coeur bat évidemment plus fort. C'est un trophée rare, qui est difficile à conquérir. On peut s'estimer heureux d'avoir fait partie d'une telle équipe. C'est un immense bonheur", a répondu Mark Streit, qui a vécu une "année spéciale": la naissance de son premier enfant (Victoria) en janvier fut ainsi "le plus beau moment de sa vie".

L'offensif défenseur (449 points en 818 matches de NHL), qui a signé à Montréal pour la saison 2017/2018, est le troisième Suisse à avoir remporté la Coupe Stanley. Avant lui, les gardiens David Aebischer (en 2001 avec Colorado) et Martin Gerber (en 2006 avec Carolina) avaient également décroché le titre sans avoir été alignés durant la grande finale.

La Coupe Stanley était arrivée le matin même à 6h15 à l'aéroport de Kloten. Mark Streit l'a notamment exhibée dans le superbe parc Rosengarten avant la partie officielle prévue au Erlacherhof, siège de la mairie de Berne. Présent, le maire de la ville Alec von Graffenried a souligné que Streit était un "remarquable ambassadeur de la capitale du hockey suisse" et qu'il était un exemple à suivre pour les jeunes sportifs suisses.

ATS