Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un Mauritanien a égorgé ses quatre enfants jeudi à Nouakchott, en expliquant ensuite à son épouse lui avoir épargné "les soucis" de dépenses pour la fête de l'aïd el-fitr. Selon son entourage, il souffrirait de "problèmes psychologiques", qui provoquent des "pertes d'esprit" ponctuelles.

Le quadruple infanticide a été commis à Arafat, quartier pauvre du sud-est de Nouakchott où vivait la famille de l'homme, un infirmier quadragénaire.

Selon les témoignages de ses proches relayés par l'AFP, il a attendu que son épouse, trentenaire, femme au foyer, s'absente de leur domicile pour égorger les quatre enfants, deux garçons et deux filles. L'aîné avait 12 ans et le benjamin était un bébé de moins d'un an.

L'achat d'habits en cause

"Je t'ai débarrassée de tes soucis d'achat des habits de la fête (de l'aïd el-fitr) pour les enfants", a-t-il murmuré en souriant à son épouse lorsque celle-ci est rentrée, a précisé un de ses proches.

Il a été arrêté par la police. Selon un agent, il a expliqué avoir tué ses enfants car il n'avait pas les moyens de leur acheter des habits pour l'aïd el-fitr, qui marque la fin du jeûne du mois de ramadan. Cette fête sera célébrée dimanche ou lundi en Mauritanie.

Ce quadruple infanticide, tout premier du genre dans l'histoire récente du pays, a créé l'émoi à Nouakchott, particulièrement dans le quartier d'Arafat.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS