La 11e Conférence mondiale des journalistes scientifiques (WCSJ) a pris fin vendredi à Lausanne sur un plein succès. Pendant une semaine, plus de 1200 journalistes et communicateurs scientifiques de 83 nationalités ont pu découvrir la science "made in Switzerland".

Le camp de base de la manifestation se situait au SwissTech Convention Center, sur le campus de l’EPFL/UNIL, mais les participants ont essaimé en Suisse et également à l'étranger au gré des nombreuses visites et excursions sur le terrain. Pas moins de 38 de ces "field trips" étaient organisés tout au long de la semaine.

En chiffres, cela donne 1250 participants, dont 60% de femmes. Dans le détail, 255 provenaient de Suisse et 139 des Etats-Unis. Suivent la France (91), l'Allemagne (75) et l'Italie (46), notamment.

Un Yéménite a également fait le déplacement, avec le soutien des organisateurs, a indiqué à Keystone-ATS Olivier Dessibourg, président de l’Association suisse du journalisme scientifique (ASJS), cheville ouvrière de cette conférence avec ses organisations sœurs en France (AJSPI) et en Italie (SWIM).

Plus d'une centaine des participants ont bénéficié de bourses prenant en charge leurs frais de déplacement et d'hébergement. Quelque 300 conférenciers, dont la moitié de femmes, ont présenté leur domaine de spécialisation au cours de la semaine.

Les gens sont très contents, aucun couac majeur n'est à déplorer, et, surtout, les échos dans les médias et dans le monde politique sont excellents, ajoute M. Dessibourg. "On est sorti de notre petit cocon et le message a passé", dit-il.

Du beau monde

Il y avait en effet du beau monde à la soirée d'ouverture, avec notamment la ministre française de la recherche Frédérique Vidal, le commissaire européen à la recherche Carlos Moedas, de même que la vice-présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga.

Cette dernière a d'ailleurs souligné l'importance du journalisme scientifique dans les médias et pour la démocratie, à l'heure où certains dirigeants qualifient de 'fake news' tout ce qui ne leur convient pas.

L'événement lausannois a également été l'occasion de faire le point sur "l'état du métier", car à l'heure des restrictions tous azimuts dans les médias, la chronique scientifique est à la peine.

A cet égard, cette semaine aura permis à des journalistes du monde entier de découvrir la richesse en matière de recherche scientifique dont on dispose en Suisse. "Un registre largement sous-exploité dans les médias", conclut le président de l'ASJS.

Le lieu de la prochaine conférence a été annoncé jeudi soir. Elle aura lieu dans deux ans à Medellin, en Colombie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.