Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Isabelle Moret a annoncé samedi soir qu'elle est candidate à la succession de Didier Burkhalter (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

La conseillère nationale vaudoise Isabelle Moret, 46 ans, est candidate à la candidature pour la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral. La libérale-radicale l'a annoncé samedi soir au 19:30 de la RTS.

"J'ai décidé de me lancer dans la course au Conseil fédéral", a-t-elle déclaré dans un entretien. "J'ai envie de relever ce défi passionnant". Ce n'était pas une ambition, a-t-elle assuré. "C'est plutôt venu petit à petit", mais très vite "je me suis dit, 'oui', le Conseil fédéral ça m'intéresse", a-t-elle ajouté.

Il fallait ensuite s'assurer qu'un certain nombre de conditions soient réunies, en particulier le soutien du parti, a poursuivi l'ancienne vice-présidente du PLR Suisse. Quant au fait d'être une femme, elle estime que ce n'est pas un élément décisif.

Toutes les sensibilités

Ce qui est essentiel, "ce sont les qualités, les compétences, la capacité à dialoguer, à trouver des compromis", au sein du Conseil fédéral, mais aussi avec le Parlement. Mais la mère de deux enfants admet qu'elle peut apporter une "expérience de vie différente" au collège.

Quid du Tessin qui n'est plus représenté au Conseil fédéral depuis le retrait de Flavio Cotti (PDC) en 1999? Il faut qu'il y ait un tournus au sein du gouvernement pour que toutes les régions puissent être représentées, mais aussi toutes les sensibilités, selon l'avocate.

"C'est clair que certains éléments de la vie des personnes, comme notamment le sexe, font partie des éléments qu'on aimerait voir dans le tournus", a souligné l'élue qui s'est profilée sur les questions sociales et de santé sous la Coupole.

D'après elle, s'il y a deux Vaudois au sein du gouvernement, ce n'est pas un problème. "Et alors s'ils sont compétents? Il y a bien eu deux Zurichois, deux Bernois", a lancé celle qui se qualifie de "femme de droite progressiste".

Suspense jusqu'au 20 septembre

Pour l'instant, seul le conseiller national tessinois Ignazio Cassis a été officiellement désigné par sa section cantonale. Dans le canton de Vaud, la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro s'est également manifestée et le conseiller aux Etats Olivier Français se tient à disposition. Le PLR vaudois se prononcera jeudi.

A Genève, le conseiller d'Etat Pierre Maudet a annoncé vendredi qu'il se lance dans la course. Sa candidature doit encore être formellement entérinée par le PLR genevois qui se réunira mardi soir.

A Fribourg, le nom du conseiller national et directeur de l'Union suisse des paysans Jacques Bourgeois circule pour une éventuelle candidature. Le parti communiquera mercredi matin sur ce sujet après une réunion de son état-major.

Didier Burkhalter se retirera en automne après huit ans au Conseil fédéral. La direction nationale du PLR a indiqué qu'elle souhaitait une candidature latine. Sa présidente Petra Gössi a exclu une candidature unique.

Les sections cantonales ont jusqu'au 11 août pour proposer des noms au parti suisse. Le groupe parlementaire décidera du ticket officiel le 1er septembre. L'élection aura lieu le 20 septembre.

ATS