Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Suicide des LGBT et emballages plastiques préoccupent les jeunes

Les jeunes ont voté dimanche en plénum les pétitions élaborées durant quatre jours en groupes de travail.

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

Le suicide des jeunes homo, bi et transsexuels, les emballages plastiques et la transparence des multinationales ont fait l'objet de quatre pétitions adoptées dimanche par la 27e Session des jeunes à Berne. Ces textes seront transmis au Conseil national.

Au terme de quatre journées de travail en commissions, cinq pétitions ont été votées en plénum, dont la séance a été ouverte samedi par le conseiller fédéral Ignazio Cassis qui a souligné la culture du débat en Suisse, base de la démocratie. Un premier texte, adopté par 181 voix contre 3, propose la création d’un réseau pour réduire le taux très élevé des suicides des jeunes LGBT.

Une deuxième pétition demandant le retrait de toute indication de sexe dans les registres civils a en revanche été refusée par 67 voix contre 89. Ce débat sur la mention du genre dans les registres, ou de l'inscription d'un troisième sexe, est actuellement aussi mené au niveau du Parlement.

Commerce, environnement et transparence

Dans un autre domaine, les jeunes ont donné suite à la pétition qui voudrait imposer aux entreprises ayant plus de 1000 employés de baisser leur utilisation de plastique de 15%. Elle laissera la liberté aux firmes de décider elles-mêmes de quelle manière atteindre l’objectif dans les 10 ans après l’entrée en vigueur de la loi.

Toujours concernant les entreprises, mais les multinationales avant tout, la Session des jeunes attend d'elles de la transparence. Deux pétitions ont été adoptées.

La première exige que les entreprises exerçant des activités dans des domaines à risques aient l’obligation de divulguer toutes leurs relations commerciales. La deuxième pétition demande la création d’un système de notation des entreprises en fonction de critères environnementaux et sociaux. Ces deux revendications jettent la base d’une gouvernance responsable des entreprises.

Rares suites au Parlement

Les quatre pétitions adoptées seront remises au président du Conseil national Dominique de Buman. Mais le Parlement entre rarement en matière sur les textes de la session des Jeunes. "Les propositions ne sont pas mauvaises, mais simplement visionnaires et trop ambitieuses pour trouver une place dans le travail du législateur", explique Lauriane Laville, responsable de la communication du Conseil suisse des activités de jeunesse (CSAJ).

Ces pétitions ont été élaborées au terme des travaux de douze groupes de travail. Cette année, ils ont opté pour huit thèmes aussi différents les uns que les autres: Quelles normes les grandes entreprises suisses doivent-elles observer à l'étranger, faut-il abolir l'obligation de servir, quelles mesures pour mieux protéger les jeunes LGBT, comment mieux inciter le commerce de détail à réduire les emballages ?

Prix Jeunesse en Suisse romande

Fidèle à la tradition, la Session a remis dimanche son Prix Jeunesse. Il y avait le choix entre trois candidatures et c'est CinéCivic, un projet international géré par les chancelleries des cantons romands et de Berne qui l'a emporté. Il permet aux jeunes de créer des films et des affiches pour promouvoir la participation politique.

Etaient sur les rangs Milchjugend, la plus grande organisation de jeunesse qui soutient les jeunes lesbiennes, gays, bi, trans et asexuel(le)s, et l'association beraber, composée d'étudiants actifs surtout à Berne, Bâle et Zurich, qui apporte elle son aide aux jeunes issus de l'immigration.

Fribourg dans le top

Cette année, Zurich est à nouveau le canton qui a envoyé le plus de jeunes avec 32 participants. Parmi les cantons romands, Fribourg se distingue avec 27 Romands et deux Alémaniques. Il est suivi du Valais avec 15 politiciens juniors (dont trois Alémaniques), Vaud (8 participants), Neuchâtel (4) et Genève (4), Jura (3) et le Jura bernois (1).

"L'intérêt des jeunes est toujours très élevé pour venir à la session des Jeunes", note Lauriane Laville. Seul bémol: ils ont tendance à faire de la politique comme les adultes et les débats tendent à devenir plus polarisés qu’autrefois."Dimanche, ils ont quitté le Palais fédéral avec des étoiles dans les yeux, souligne le CSAJ dans son communiqué.

Il s'agissait de la 27e édition depuis 1991. La Session des jeunes se déroule annuellement depuis 1993. Parmi les jeunes politiciens qui se sont illustrés par la suite figurent le Genevois Pierre Maudet (PLR), le Bernois Erich Hess (UDC) ou le St-Gallois Lukas Reimann (UDC).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.