Les compositeurs, paroliers et éditeurs de musique en Suisse et à l'étranger ont reçu 131,4 millions de francs de la société de droits d'auteur SUISA pour 2017. Pour la première fois, l'activité en ligne a dépassé la production de supports sonores.

Les recettes pour 2017 s'élèvent à 159,2 millions de francs, soit 5 millions de plus que pour l'exercice précédent, indique SUISA dans un communiqué jeudi. Cette progression est due aux rémunérations provenant des copies privées et du domaine en ligne. Les recettes issues de l'écoute de musique en ligne ont pour la première fois dépassé celles des ventes de supports sonores.

"Boom" du streaming

Si l'écoute de musique sur les services de streaming a fortement augmenté, les compositeurs, paroliers et éditeurs de musique profitent peu de ce "boom", selon SUISA. Ce sont avant tout "les grandes multinationales technologiques qui en profitent par le biais de leurs plateformes financées par la vente de publicités ou de données", regrette Andreas Wegelin, directeur général de SUISA, cité dans le communiqué.

Face à ce problème, SUISA s’engage "en faveur de conditions-cadres équitables pour les créateurs culturels sur le marché en ligne, à l’occasion de l’actuelle révision de la loi sur le droit d’auteur". La musique en ligne a généré 7,9 millions de francs de recettes en 2017, contre 6,1 millions en 2016.

La majorité des recettes de SUISA provient du domaine de la diffusion qui représente 66,7 millions de francs. Les frais administratifs de la société sont restés stables et elle reverse 88 francs sur 100 aux compositeurs, paroliers et éditeurs de musique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.