Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un attaquant qui n'avait plus marqué depuis le 10 octobre... 2010 a évité à la Suisse un nouveau couac au Letzigrund. Grâce à un but de Stocker, elle a arraché le nul devant les Etats-Unis (1-1).

Introduit à la pause pour Mehmedi, le joueur du Hertha Berlin a surgi après un centre de Xhaka que Widmer avait rabattu. Ce résultat reflète parfaitement la physionomie de cette rencontre amicale. La Suisse n'en a pas assez fait suffisamment pour mériter la victoire. Une défaite aurait toutefois été cruelle en raison de sa réaction en seconde période. Malgré tous les beaux discours de Jürgen Klinsmann, les Etats-Unis ont dévoilé bien des limites. On attendait un festival offensif d'une équipe qui avait séduit l'an dernier au Brésil. On a vu seulement une formation trop timorée dans une rencontre dans laquelle elle avait pourtant tout à gagner.

L'avantage des Américains à la pause n'était pas usurpé. Malgré une superbe occasion pour Mehmedi, qui n'exploitait pas un véritable caviar de Shaqiri à la 39e, les Suisses n'ont pas présenté le visage espéré. Avec six nouveaux titulaires par rapport au match de vendredi dernier contre l'Estonie, ils ne furent pas en mesure d'exercer un véritable ascendant. Le trop grand déchet accusé par Inler et Frei, les dépositaires du jeu, a grandement favorisé les desseins des Américains qui se sont ménagé deux occasions intéressantes par Zardes (20e) et Bradley (27e) avant la superbe ouverture du score de Shea.

Quelques instants avant la pause, le gaucher d'Orlando City transformait imparablement un coup franc provoqué par un Inler qui n'aura décidément pas livré la plus belle mi-temps de sa carrière en sélection. A 20 mètres, Shea enroulait parfaitement sa frappe pour ne laisser aucune chance à un Bürki qui n'a pas semblé être vraiment sur ses appuis. Coupable d'une hésitation devant Yarpes à la 49e qui a failli être fatale, Bürki n'a pas fait oublier Sommer. Il n'y a vraiment pas "match" entre les deux gardiens de Bundesliga.

Après la pause, Vladimir Petkovic introduisait Xhaka et Kasami pour miser sur deux autres régisseurs capables sans doute de se projeter beaucoup mieux vers l'avant. Sous l'impulsion des deux entrants, la Suisse prenait enfin le contrôle du match. Le sélectionneur n'attendait pas l'heure de jeu pour lancer Breel Embolo dans le grand bain pour un Drmic qui fut aussi transparent au Letzigrund qu'à Lucerne.

A la peine sur ses premiers ballons, l'attaquant du FCB a eu le mérite de sonner la charge à l'approche du dernier quart d'heure sur une percée le long de la ligne de fond. Les Suisses jouaient depuis quelques minutes en supériorité numérique après l'expulsion d'Altidore pour une faute sur Moubandje (69e) suivie d'une insulte à l'arbitre.

Sur un corner à nouveau obtenu par Embolo, Kasami galvaudait une occasion en or sur un centre de Shaqiri. Même s'il n'a pas réussi tout ce qu'il a entrepris, le joueur de l'Inter fut l'élément le plus tranchant d'une équipe de Suisse qui n'aura malheureusement joué qu'une mi-temps. Une équipe qui ne peut pas se permettre le luxe de se passer de Xhaka et de Kasami. Elle est bien là la grande leçon de cette soirée zurichoise.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS