Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Le miracle n'a pas eu lieu pour l'équipe de Suisse de Coupe Davis.
Dos au mur après leur défaite de vendredi en simple, Roger Federer et Stanislas Wawrinka n'ont pas obtenu le point de l'espoir en double. Ils se sont inclinés 4-6 6-3 6-3 6-3 face à Mardy Fish/Mike Bryan, qui permettent aux Etats-Unis de mener 3-0 dans ce 1er tour.
La Suisse devra donc disputer un huitième barrage consécutif du 14 au 16 septembre, alors que Swiss Tennis avait déjà réservé le Hallenstadion aux mêmes dates pour une éventuelle demi-finale... Présent pour la première fois depuis 2004 dans un 1er tour, Roger Federer rêvait certainement d'une autre destinée dans cette campagne 2012 de Coupe Davis, même s'il n'a cessé d'affirmer qu'il ne connaissait ni le tableau, ni les dates précises
Comme en septembre dernier face à la paire australienne Lleyton Hewitt/Chris Guccione, le duo Federer/Wawrinka n'a fait illusion que dans le premier set. Les champions olympiques de double profitaient d'un début de match manqué par Mardy Fish pour signer le break dès le premier jeu. Ils n'allaient plus bénéficier de la moindre opportunité à la relance par la suite !
No 1 mondial de la spécialité, Mike Bryan fut le grand homme du match. L'homme aux 11 titres du Grand Chelem en double est le seul joueur à ne pas avoir concédé sa mise en jeu. Timide en début de partie, Mardy Fish se montra quand à lui de plus en plus solide au fil des jeux. A l'inverse, tant Roger Federer que Stanislas Wawrinka - qui perdit à trois reprises son service - ne parvinrent pas à maintenir le niveau de jeu qui était le leur dans le premier set.
La paire américaine faisait la différence avant tout grâce à la meilleure qualité de sa relance. Les statistiques sont d'ailleurs cruelles pour le duo Federer/Wawrinka: le Bâlois et le Vaudois ne remportaient que 36 % des points (12/33) derrière les deuxièmes balles de service adverses, alors qu'ils gagnaient simplement 38 % des points derrière leurs propres deuxièmes balles (15/40).

ATS