Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Doris Leuthard a reçu vendredi à Berne le premier ministre albanais Edi Rama pour une rencontre de travail.

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

Doris Leuthard a reçu vendredi à Berne le premier ministre albanais Edi Rama pour une rencontre de travail. Tous deux ont exprimé l'intention de continuer à resserrer les liens entre leurs pays, la Suisse comptant déjà parmi les principaux Etats donateurs bilatéraux.

"C'est une visite historique", a déclaré la présidente de la Confédération lors d'un point de presse commun au domaine du Lohn, près de Berne. C'est en effet la première fois depuis 1994 qu'un premier ministre albanais était en visite en Suisse.

Cette visite intervient aussi 25 ans après l'ouverture par la Suisse d'une ambassade à Tirana.

Renforcer l'Etat de droit

Les deux dirigeants ont souligné leur volonté de continuer à resserrer les liens, qui n'ont cessé de croître depuis la fin de l'époque communiste.

"Les réformes entreprises par l'Albanie ces trois dernières années en vue de renforcer l'Etat de droit et la justice sont très importantes pour la Suisse et l'Union européenne", ainsi que pour améliorer le climat des investissements, a souligné Mme Leuthard. Cela alors que Tirana ambitionne de rejoindre les 27.

Relevant "le haut niveau de corruption" prévalant dans le pays et la difficulté d'appliquer ces réformes, elle a assuré son interlocuteur du soutien de la Suisse. Le premier ministre albanais a, lui, exprimé sa gratitude pour l'aide fournie, également en matière d'éducation. Il a souligné l'importance de la réforme de la justice pour l'économie et pour "créer des emplois".

Les échanges entre Berne et Tirana demeurent pour l'heure relativement modestes. Une trentaine d'entreprises suisses sont présentes en Albanie.

Accords signés

Mais la Suisse est le troisième bailleur de fonds bilatéral en Albanie, Etat prioritaire de son aide au développement. Deux accords portant sur des projets d'un montant total de 10 millions de francs dans les domaines de la formation professionnelle et de la décentralisation ont été signés vendredi.

Le premier vise notamment à "soutenir quatre écoles de formation professionnelle supplémentaires, avec un lien important au secteur privé", a expliqué Manuel Sager, directeur de la coopération suisse au développement (DDC).

Le second accord entend renforcer la capacité et l'autonomie des régions pour fournir des services de base à la population. "Nous pensons qu'il est plus facile d'établir un lien de confiance entre autorités et citoyens sur une base régionale", a indiqué Christoph Graf, ambassadeur de Suisse à Tirana.

L'aide suisse à l'Albanie, qui vient en complément à celle de l'UE, a constamment augmenté depuis 25 ans. Dès 2018 et pour quatre ans, la DDC et le secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) consacreront 25 millions de francs par an à l'Albanie, à parts égales.

Crise migratoire

Outre les relations bilatérales, la situation dans les Balkans occidentaux a figuré au centre des discussions. "M. Rama nous a notamment informés de ce qui s'est passé ces derniers temps sur la route migratoire des Balkans", a indiqué Mme Leuthard, qualifiant l'Albanie de "partenaire constructif" à cet égard.

La présidente de la Confédération a aussi rappelé que la Suisse comptait quelque 250'000 albanophones, dont quelques-uns "dans l'équipe de football". L'établissement d'une ligne aérienne reliant les deux Etats est en discussion, a-t-elle dit. "Nous sommes proches de finaliser le projet", a renchéri Edi Rama.

"Beaucoup d'Albanais utilisent actuellement le bus" pour se rendre dans leur pays, a relevé Mme Leuthard.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS