Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Christian Constantin se dit "inquiet" après le "tour moyen" que vient d'effectuer le FC Sion.

S'il n'a pas encore officiellement fait de Peter Zeidler une cible, le président dresse tout de même un bilan qui en dit long sur son ressentiment: "Ce que je constate, c'est que notre gardien a progressé mais que, sinon, la qualité de notre football a pratiquement disparu, que la réussite nous a un peu accompagnés et qu'il n'y a pas eu d'améliorations sur les balles arrêtées."

Des griefs qui ont de quoi provoquer la chute du coach. "Pour le moment, je n'en suis pas encore à ce stade de la réflexion. J'ai dressé un constat, lequel nécessite des discussions. C'est ce que je m'attelle à faire maintenant avec Peter", lâche le président sédunois.

C'est que Christian Constantin n'a aucunement envie de laisser la situation dégénérer. "On a titillé la deuxième place, on n'a pas su la garder. Il faut dire une chose: la troisième place est fondamentale pour nous!" Elle garantirait au FC Sion, quoi qu'il advienne en finale de la Coupe de Suisse, une place en Europa League la saison prochaine.

Cette lutte finale, le président ne l'aborde "pas en très grande confiance". "Ce tour nous a laissés à la troisième place, mais ce n'est qu'un leurre. Sur les treize derniers matches, on a fait 1,2 point de moyenne. Actuellement, on résout mal nos problèmes. Nos adversaires nous connaissent, nous attendent et nous prennent en contre sur le troisième ballon. Or on reste toujours dans le même schéma..."

La ruade présidentielle est puissante. Et elle semble suivre, elle aussi, un schéma bien connu sous les cieux valaisans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS